science fiction

  • L'un des voyages extraordinaires de Verne, suivi d'un parcours littéraire «  Science et fiction  ». Dans une édition conforme aux nouveaux programmes de français du lycée, incluant notamment des prolongements artistiques et culturels et un dossier Nouveau bac.
     
    L'oeuvre
    Le professeur Lidenbrock et son neveu Axel, se lancent dans un voyage devant les mener au centre de la Terre. Un roman d'aventures mythique.
     
    Le parcours «  Science et fiction  »
    10 textes pour étudier trois thèmes clés de la littérature d'anticipation, de Verne à aujourd'hui : le voyage extraordinaire, l'homme fabriqué, la société du futur.
     
    Le dossier
    Toutes les ressources utiles au lycéen pour étudier l'oeuvre dans le cadre des nouveaux programmes  :
    /> o un avant-texte pour situer l'oeuvre dans son contexte
    o au fil du texte, la rubrique «  Des clés pour vous guider  »
    o après le texte  :
    - des repères sur l'oeuvre
    - des sujets types pour l'écrit et l'oral du nouveau bac français
     
    Des prolongements artistiques et culturels
    5 oeuvres - BD, films - pour explorer la science-fiction en images, et des outils pour les analyser.
     
    Et un guide pédagogique
    Sur www.classiques-et-cie.com. En accès gratuit réservé aux enseignants, il inclut tous les corrigés  : des questionnaires au fil du texte, des sujets de bac, des lectures d'images.
     

  • En 2020, Dune reste le roman de science-fiction le plus lu au monde. Plus de 50 ans après sa première publication en 1965, le texte de l'écrivain américain Frank Herbert continue de passionner et de fasciner les lecteurs du monde entier. S'il est plus distant de notre époque que ne l'est le premier pas de l'Homme sur la Lune, il évoque pourtant des thématiques qui continuent à avoir une forte résonance dans notre monde  ; en 2020, Dune est ainsi toujours une oeuvre d'actualité, aussi bien parce qu'elle s'est intéressée à des questions intemporelles que parce qu'elle a développé des pensées visionnaires, qui allaient par la suite occuper une place centrale dans l'actualité mondiale. L'ouvrage de Nicolas Allard a pour objectif de décrire, décrypter et analyser les grands thèmes présents dans Dune, tout en mettant en évidence la portée politique et philosophique de ce texte qui, tout en étant un grand roman d'aventures, pose des questions sur des thèmes aussi essentiels que le féminisme, l'écologie, le transhumanisme, la monstruosité et l'héroïsme. Il procédera également à une étude comparée entre Dune et Star Wars afin d'identifier leurs subtilités propres, puis évoquera en guise de conclusion les adaptations cinématographiques passées et futures de ce chef-d'oeuvre de la SF. L'ouvrage sera illustré par une dizaine de dessins au trait d'Emmanuel Briaire.

  • « I'm sorry Dave, I'm afraid I can't do that », nous dit HAL dans 2001, l'odyssée de l'espace. Certes. Mais comment nous le dit-il ? Les machines parlantes sont partout, dans la science-fiction - de Metropolis jusqu'à WALL-E en passant par le T-800 de Terminator - ou dans la vie de tous les jours, avec les androïdes Pepper ou Nao, les assistants vocaux que sont Siri ou Cortana. Dans leurs entrailles de silicium, que se passe-t-il ? Comment s'en faire comprendre ? Et comment, elles, nous comprennent-elles ? Que penser des IA et des robots de la SF capables, à l'image de C-3PO, de parler six millions de langages ? La machine qui comprend tout et le traducteur automatique universel sont-ils à portée de main ?

    Après Comment parler à un alien ?, Frédéric Landragin, docteur en informatique-linguistique et directeur de recherche au CNRS, poursuit son exploration du monde fascinant du langage, et nous livre un ouvrage de référence pour découvrir les bases du traitement automatique des langues...

  • Les anthropologues et les écrivains de science-fiction ne poursuivent-ils pas au fond une même quête, celle de l'altérité radicale ? Certes, tandis que les seconds recourent à la fiction pour figurer le monde vertigineux des
    aliens peuplant leur esprit, les premiers se recommandent de la science pour décrire des sociétés
    autres qui, aussi étranges et stupéfiantes que nous soient donné à voir leurs moeurs et leurs mentalités, n'en sont pas moins réelles. Cette frontière des genres, il arrive pourtant que certains anthropologues la franchissent : escamotant les modes de pensée des cultures qu'ils se proposent d'étudier, ils y projettent alors leur propre imaginaire métaphysique.
    1900-1925 : Lucien Lévy-Bruhl invente une pensée prélogique qu'il attribue aux sociétés dites primitives. 1925-1950 : Benjamin Lee Whorf invente une pensée de l'événement qu'il considère comme immanente à la langue des Hopi. 1950-1975 : Carlos Castaneda invente une pensée psychédélique qu'il prête à un Yaqui imaginaire. 1975-2000 : Eduardo Viveiros de Castro invente une pensée multinaturaliste qu'il prétend dérivée des traditions amérindiennes.
    En exposant le brouillage des niveaux de réalité dans lequel excelle un écrivain comme Philip K. Dick pour faire résonner son oeuvre avec les fabulations théoriques de cette école de pensée informelle, Pierre Déléage entreprend une archéologie de la subjectivité spéculative et s'essaie à nouer autrement les relations, toujours conflictuelles mais toujours productives, entre science et fiction.

  • Michel de Certeau est assurément une des figures les plus singulières, donc les plus importantes, de l'école historique française. Sans attendre le sauf-conduit au poste frontière ni solliciter l'agrément des gardiens des lieux, il a traversé les frontières entre les champs de savoir, devinant l'appauvrissement de l'histoire par confinement, anticipant l'ouverture aux disciplines autres à laquelle s'est aujourd'hui résolue cette discipline. Il a porté un regard incisif sur l'entrecroisement des méthodes, des visées et des modèles qui déterminent les manières d'écrire l'histoire. De cette interrogation toujours reprise, de ce va-et-vient entre passé et présent, les textes ici rassemblés nouent les fils : il y est question de Foucault, de Freud et de Lacan, mais aussi de l'analyse du pouvoir, du corps, de la folie et de la fiction en histoire. Non pas qu'il s'agisse, entre histoire, psychanalyse, linguistique ou anthropologie, de mélanger les genres et les méthodes, voire de brouiller les identités des savoirs, mais de se déplacer nécessairement d'un savoir à l'autre pour suivre une question née sur un autre bord, où elle ne peut recevoir un traitement satisfaisant. Il se marque, dans cet ouvrage, une exigence, rare, de pensée.


  • Embarquez pour un voyage passionnant au-delà du réel !

    Découvrez un genre unique, en constante évolution !

    Il y a les voyages dans l'espace ou dans le temps, les vaisseaux intergalactiques et les invasions extraterrestres, les robots et les androïdes, les savants fous, les super-héros, l'intelligence artificielle et les mutants... L'univers de la science-fiction est d'une richesse sans limites !
    Partez à la découverte de l'histoire de ce genre avec ses précurseurs - Jules Verne et Mary Shelley -, ses auteurs plus modernes - Kim Stanley Robinson ou Pierre Bordage -, et sous toutes ses formes : romans, BD, comics et mangas, films et jeux vidéo...

  • Depuis la fameuse Metropolis de Fritz Lang jusqu'à la cité-planète de Coruscant dans Star Wars, en passant par les mégalopoles étouffantes de Soleil vert ou Blade Runner, les villes du futur, réelles ou imaginaires, semblent concentrer les maux : démesure et surpopulation, violence et oppression, pollution et ghettoïsation... La science-fiction aurait-elle peur des villes ? N'y aurait-il de salut que dans leur destruction ?
    Telles sont les interrogations soulevées par Alain Musset, géographe et directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, qui nous livre ici un ouvrage référencé et engagé. Alors que les prévisions indiquent que deux personnes sur trois habiteront dans des centres urbains à l'horizon 2050, il devient crucial de déterminer comment mieux habiter et vivre ensemble. Or en la matière, la science-fiction sait nous indiquer le chemin pour ne pas faire des villes un enfer sur Terre...

  • Imaginez : les extraterrestres sont là ! Sur Terre. À côté de chez vous... Et d'emblée se pose la question cruciale qui accompagne l'extraordinaire événement : comment leur parler ? Comment s'en faire comprendre ?

    Le langage, sans conteste au coeur de ce qui nous définit en tant qu'espèce pensante, sera d'une importance cruciale. La science-fiction, domaine réflexif par essence, l'a compris depuis ses origines et en a fait l'un de ses sujets de prédilection, tant au cinéma qu'en littérature, de Babel 17 à Premier Contact, de L'Enchâssement aux Langages de Pao.

    Frédéric Landragin, docteur en informatique-linguistique, directeur de recherche au CNRS, fait ici dialoguer - précisément - science-fiction et linguistique, livrant un ouvrage aussi érudit qu'accessible qui expose les bases des sciences du langage, questionne la nature des langues et s'interroge sur les modalités d'un premier contact. Car après tout, comme nous l'apprend souvent la science-fiction, l'alien n'est pas toujours celui que l'on croit, et apprendre à parler à l'autre, c'est aussi savoir se parler à soi-même...

  • « Un livre de philosophie doit être une sorte de science-fiction », écrit Gilles Deleuze. Or la science-fiction elle-même, dès la fin du XIXe siècle avec E. P. Mitchell, prend Hegel comme modèle d'une histoire abordée à travers une logique contradictoire.
    Jean-Clet Martin, après sa lecture novatrice de la Phénoménologie de l'esprit, relève donc ici un pari audacieux : faire entrer l'immense champ de la science-fiction dans le geste le plus inventif de la philosophie moderne. C'est à bord du vaisseau La Logique de Hegel qu'il entreprend pour cela, d'une écriture alerte et imagée, de nous faire voyager à travers une multitude d'univers, ceux de Van Vogt, de H. G. Wells ou de Lovecraft, mais aussi d'Asimov, de Philip K. Dick, et de tant d'autres.
    S'appuyant sur les trois parties de La Logique - Être, Essence, Concept -, Jean-Clet Martin décrit avec minutie les grandes articulations des oeuvres, littéraires et filmiques. Il nous démontre que c'est toute l'histoire de la science-fiction qui se nourrit aux paradoxes de la logique. Au-delà de Dick, elle trouve chez Clarke, Baxter, Robinson, Wilson, ou Poul Anderson, les embrayeurs d'un monde pluriel, entraînant nos vies sur des devenirs très étrangers au temps chronologique.
    Par ce voyage vertigineux au coeur des fictions spéculatives on découvre que de nombreuses structures narratives, de nombreux concepts et agencements entretiennent des liens étroits, quasiment en miroir, avec La Logique de Hegel, comme si celle-ci, à travers sa phénoménale créativité, appartenait tant au monde de la science-fiction qu'à celui de la philosophie.

  • L'humanité doit-elle se préparer à vivre sur une planète de moins en moins habitable ? Comment adapter l'équipement intellectuel collectif pour éviter cette situation ? Et pourquoi pas en recourant à la science-fiction et à son potentiel imaginaire ?
    Dans la masse de récits et de représentations qu'elle offre, on peut trouver des ouvertures inspirantes, aidant à réfléchir, éthiquement et politiquement, sur les manières pour une collectivité de prendre en charge les défis écologiques.
    La science-fiction, au-delà du découragement ou du sursaut de conscience qu'elle est censée susciter, offre à la réflexion , en plus d'un réservoir imaginaire, un support de connaissance qui est susceptible de nous aider à habiter les mondes en préparation. Et à avancer vers une autre éthique du futur...

    Yannick Rumpala, maître de conférences (HDR) à l'Université de Nice, est membre de l'Equipe de Recherche sur les Mutations de l'Europe et de ses Sociétés (ERMES).Il appartient au comité scientifique de Res Futurae, revue d'études sur la science-fiction. Il a publié notamment Développement durable ou le gouvernement du changement total, Le Bord de l'eau, collection « Diagnostics », 2010. Il est l'auteur de nombreux articles et a participé à plusieurs ouvrages collectifs.

  • Les littératures de l'imaginaire sont multiples, protéiformes, innovantes...
    En mouvement constant, elles ne cessent de se renouveler et de voir de nouveaux auteurs, modes et courants apparaître.
    Quels sont les principaux genres, quels sont désormais les incontournables de la science-fiction, la fantasy et du fantastique, mais aussi les prix, les éditeurs, les sites à consulter, les festivals ou encore la place de ces littératures dans la recherche universitaire ?
    Ce guide vous propose un grand tour d'horizon de l'imaginaire en France.
    Blogueuse, membre des jurys des prix Planète-SF des Blogueurs et Actusf de l'uchronie, Karine Gobled est également coauteur du Guide de l'uchronie avec Bertrand Campeis.

  • Héritières des serials cinématographiques et des magazines pulp, les séries de science-fiction accompagnent la production télévisuelle depuis ses débuts. Elles ont soutenu, et souvent même mené de front, l'évolution de la complexité narrative de ce format au fil des décennies, hier au sein de la production nord-américaine, aujourd'hui à travers le monde, participant ainsi largement au renouvellement du genre.
    Cet ouvrage remonte aux origines des séries de science-fiction et s'appuie sur plusieurs exemples représentatifs d'aujourd'hui pour présenter leurs grands prototypes narratifs et leurs principaux motifs. Il permet de comprendre ce que la science-fiction a apporté à la télévision, et ce qu'en retour le petit écran a offert au genre de l'imaginaire le plus à même d'interroger notre avenir et ses possibles. De Star Trek à X-Files, de l'utopie à la dystopie, il révèle comment, épisode après épisode, année après année, les séries de science-fiction explorent des mondes extraordinaires, reformulent et rendent plus concrets nos craintes et nos espoirs...

  • Space Opéra est un essai qui reprend la majorité des thèmes de la science-fiction diffusée à la télévision depuis ces quarante dernières années. Il intègre également l'évolution des grands classiques de cet univers tels que Star Trek, Battlestar Galatica, Doctor Who, etc. Ainsi, Space Opéra répond aux questions que tous les fans de SF se sont déjà posés. Par exemple, est-ce que la condition Androïde avait le même traitement dans les années 70 que dans la nouvelle oeuvre de Ronald D Moore ?

  • La science-fiction a souvent exploré l'idée d'un « lecteur de cerveaux », appareil qui permettrait de lire directement la pensée dans le cerveau. Plusieurs articles scientifiques récents reprennent et discutent un tel projet. Les chercheurs ici rêvent et

  • Durant l' après-guerre, la modernité est américaine. Du jazz au roman à suspense, du cinéma à la science-fiction, c' estd' outre-Atlantique que surgissent les nouveautés qui bousculent nos réflexes et nos habitudes. Le trompettiste de Saint-Germain-des-Prés, romancier de Les morts ont tous la même peau, se révèle ici à l' affût de ces modes nouveaux de la création et de la sensibilité.
    Son regard sur le cinéma est celui du professionnel qu' il rêva de devenir. L' esthétique des salles, l' utilisation du jazz, la vogue de la comédie musicale, l' avenir du cinéma d'amateur: tout l' intéresse au long de ces articles et chroniques qui s' échelonnent durant sa vie d'écrivain.  Pour ce qui est de la science-fiction, il n' est sans doute pas exagéré de dire que Boris Vian fut le premier en France à s' y intéresser, à la connaître à fond et à la faire connaître.
    Les textes relatifs à ce genre plein d' avenir sont parmi les plus passionnants du présent recueil.  Mais c' est aussi la chronique d' une époque que l' on trouvera dans ces pages : celle de Bardot et du Voleur de bicyclette, du technicolor et de la «pin up», de Saint Tropez et des débuts du festival de Cannes... Tout cela dépeint avec l'humour, la vivacité, l' inlassable générosité intellectuelle de Boris Vian.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La réalité virtuelle est annoncée depuis les années 1980 comme une technologie révolutionnaire. Les auteurs de science-fiction ont développé un imaginaire futuriste. Cette étude repose sur l'analyse d'une cinquantaine d'oeuvres de science-fiction traitant de la réalité virtuelle, permettant de comprendre le fonctionnement d'un imaginaire technique dynamique et en interaction permanente avec les pratiques de la recherche et développement. Comment cet imaginaire est-il utilisé pour innover ? Que révèle-t-il des sociétés qui le produisent ?

  • La science et la technologie ont eu dans une époque récente un développement rapide, ouvrant de nouvelles perspectives à la réalité, découvrant de nouvelles lois de la physique, dévoilant la complexité
    du monde physique. Le rôle de l'imagination dans le processus de la connaissance fait l'objet d'études de la part des psychologues, des philosophes et des scientifiques. Ce livre se propose d'étudier les rapports de l'imagination et de la science-fiction, avec la science et les interactions entre les deux.

  • NOUVELLES INÉDITES Cabinessence ou la vie de Brian, de Jacques BARBÉRI Winnie l'ourson ne se pique pas, Stéphanie BENSON Le Manteau noir, de Daniel WALTHER Live At Budokan, de Alastair REYNOLDS In the court of the Lizard King, de Jacques BARBÉRI (*) RUBRIQUES ET MAGAZINES Objectif Runes : les bouquins, critiques & dossiers Le coin des revues, par Thomas Day A la chandelle de maître Doc'Stolze : roulez jeunesse ! par Pierre Stolze Paroles de Libraire : imagine Imaginaute, par Hervé Le Roux UNIVERS CROISÉS : ROCK ET SCIENCE-FICTION Freak of nature ou... libres variations sur le thème de jeux interdits à la guitare (électrique), par Eric Holstein Gravé sur Rock : un guide de lecture de la SF électrique et lysergique Science-fiction, drogue et rock and roll, par Norman Spinrad La SF est-elle soluble dans le rock ? par Jean-Marc Ligny Les croisements de la SF, avec le rock psychédélique et sa descendance, par Philippe Thieyre Vous avez dit... progressif ? par Richard Comballot Rock & Write : interviews de David Calvo, Fabrice Colin, Thomas Day, Thierry Di Rollo, Jean-Marc Ligny, Michel Pagel, Francis Valéry (*) Rencontre avec Pink Floyd (*) Rencontre avec Genesis (*) 100 albums rock et SF à écouter avant la fin du monde, par Richard Comballot SCIENTIFICTION Prometheus : le massacre d'Alien ? par Roland Lehoucq & J. Sébastien Steyer INFODÉFONCE ET VRACANEWS Paroles de Nornes : pour quelques news de plus, par Org In Memoriam : Boris Strougatski, par Viktoriya et Patrice Lajoye Dans les poches, par Pierre-Paul Durastanti (*) Nouvelle et articles exclusifs à la version numérique aux formats ePub et Kindle, consultables également gratuitement sur le blog Bifrost.

    La cabine de bain était une navette spatiale, le ventre d'une géante. Il s'allongea. L'épais tapis de sol était moelleux comme un placenta. Il n'avait pas quitté cette cabine depuis deux jours... trois ? Il ne savait plus et ça n'avait guère d'importance. Bon, il n'avait plus de coke et l'héro touchait à sa fin, mais il lui restait encore un peu d'herbe et il venait de trouver un acide au fond de sa poche. Il le posa sur sa langue et éprouva une sensation bizarre. Comme s'il suçait une étoile. Il était en apesanteur. La cabine flottait dans l'espace.

    Il eut soudain un haut le coeur.

    La cabine s'était mise à tanguer.

    Brian mit une main devant sa bouche. Il était à deux doigts de vomir et se dit que l'espace était constitué de vide et d'étoiles. Il n'y avait pas de vagues. Pas de tempête. Il tomba à genoux. Son ventre rugissait. Bordel, Phil Spector, toujours planqué derrière son putain de mur du son, s'était débrouillé pour lui refiler un acide empoisonné !

    Jacques Barbéri Cabinessence ou la vie de Brian

  • Qu'un physicien parle de physique, quoi de plus normal. Qu'il expose sa conception du monde - Pourquoi pas. On quitte alors le domaine de la physique et on lui ajoute une métaphysique implicite. Le professeur Wolfgang Smith, dans sa réponse à Stephen Hawking, nous montre que l'on peut penser le réel et lui donner un sens rationnellement acceptable, en évitant les écueils des réductions idéalistes ou matérialistes.

  • La science-fiction est souvent utilisée pour décrire le futur. Elle participe à la création de la prospective depuis de nombreuses années, principalement dans les pays de l'Empire nucléaire, qui développent un imaginaire planificateur assurant le déploiement de projets technologiques très ambitieux diffusés par la suite sur toute la planète. La science-fiction devient de plus en plus importante dans la réflexion stratégique et mobilise de plus en plus d'acteurs chargés de l'intégrer correctement dans le discours des entreprises.

  • Le présent ouvrage se veut une introduction aux nombreux auteurs finlandais et estoniens qui s'inscrivent dans le fantastique et la science-fiction et qui sont peu familiers au lecteur français. Ils souffrent d'un déficit de légitimité universitaire en France alors qu'ils sont tout à fait reconnus par les autorités littéraires de leur pays comme des auteurs à part entière.

  • La science-fiction est utilisée dans les centres de recherche et développement depuis plusieurs années, pour anticiper des innovations technologiques, mais aussi pour définir des stratégies et diriger les projets. De quelle manière la science-fiction est-elle utilisée par les ingénieurs ? Cet ouvrage propose une réflexion sur les moyens mis en oeuvre pour filtrer la science-fiction dans le but d'insérer son discours prospectif dans les stratégies de l'entreprise.

  • Histoire et philosophie de la science-fiction. Telles sont les deux approches qui constituent le corps de cet ouvrage destiné aux amateurs et passionnés du genre. Car la science-fiction, au-delà des simples effets spéciaux, exprime un regard porté sur l'homme et la société et nourrit les fantasmes du spectateur. Analyse et décryptage.

empty