• L'an 2045.

    Le Québec est souverain depuis deux décennies, mais ses provinces, rongées par la paresse et le manque d'enthousiasme, vivent une profonde crise identitaire. Dans une ultime tentative d'élévation, elles devront faire appel à Clotaire Rapaille, rock star de la psychanalyse.

    Malgré un succès initial retentissant, les interventions mégalomaniaques de Rapaille entraîneront de terribles catastrophes, et la ville de Québec, jusqu'alors snobée par le grand maître, entamera une violente croisade dans le but de le détrôner.

    Clotaire, seul avec sa cape et son bâton de marche, devra affronter ses anciens démons et descendre à Québec pour sauver le pays et, sans doute, l'humanité...

  • Pourquoi les géants ont-ils disparu? Où sont passés les dinosaures? Les Gardiens avertis ont-ils une poignée de main secrète ou ont-ils juste tous le doigt du milieu un peu croche? Qui nous manipule ainsi? Les francs-maçons? Le nouvel ordre mondial? Les reptiliens? Les libéraux? La Maison Columbia? Sophie Thibault et la petite souris qui lui grouille dans la gorge?

    Cindyne Bournival, citoyenne lambda, se réveille enceinte après un rêve simili-érotique impliquant Jésus. Au même moment, Elon Musk, grand prêtre des technologies du futur, annonce un nouveau chapitre audacieux à son programme spatial sur Mars. Une coïncidence?

    Tant de choses qu'on préfère que vous ne sachiez pas. Mais la mascarade a assez duré. Il est temps d'exposer les Secrets de la Vérité.

  • Nous sommes dans le futur, mais pas si lointain. Les baby-boomers ont disparu depuis longtemps déjà, les derniers spécimens ayant été expédiés sur la Lune par l'ONU après avoir été reconnus coupables de crime contre la Terre. D'un même souffle, le clonage est décrété formellement interdit, « d'un coup qu'un boomer aurait l'odieuse idée de se cloner en cachette ».

    Les années passent jusqu'au jour où Gilles Douillette, un citoyen hautement banal, découvre à la dure qu'il est un clone. Mais le clone de qui? Ça, c'est un mystère...

    Guidé par le Club des Marquis (un groupe d'enquêteurs mondains), le désormais fugitif Gilles Douillette scrute les infinis détails de cette poignante intrigue pour découvrir qui l'a créé, comment, et surtout pourquoi son « créateur » l'a conçu à son image. Qui est véritablement le dernier baby-boomer?

  • Of all the things we do and say, most will never be repeated or reproduced. Once in a while, however, an idea or a practice generates a chain of transmission that covers more distance through space and time than any individual person ever could. What makes such transmission chains possible? For two centuries, the dominant view (from psychology to anthropology) was that humans owe their cultural prosperity to their powers of imitation. In this view, modern cultures exist because the people who carry them are gifted at remembering, storing and reproducing information. How Traditions Live and Die proposes an alternative to this standard view. What makes traditions live is not a general-purpose imitation capacity. Cultural transmission is partial, selective, often unfaithful. Some traditions live on in spite of this, because they tap into widespread and basic cognitive preferences. These attractive traditions spread, not by being better retained or more accurately transferred, but because they are transmitted over and over. This theory is used to shed light on various puzzles of cultural change (from the distribution of bird songs to the staying power of childrens rhymes) and to explain the special relation that links the human species to its cultures. Morin combines recent work in cognitive anthropology with new advances in quantitative cultural history, to map and predict the diffusion of traditions. This book is both an introduction and an accessible alternative to contemporary theories of cultural evolution.

  • Of all the things we do and say, most will never be repeated or reproduced. Once in a while, however, an idea or a practice generates a chain of transmission that covers more distance through space and time than any individual person ever could. What makes such transmission chains possible? For two centuries, the dominant view (from psychology to anthropology) was that humans owe their cultural prosperity to their powers of imitation. In this view, modern cultures exist because the people who carry them are gifted at remembering, storing and reproducing information. How Traditions Live and Die proposes an alternative to this standard view. What makes traditions live is not a general-purpose imitation capacity. Cultural transmission is partial, selective, often unfaithful. Some traditions live on in spite of this, because they tap into widespread and basic cognitive preferences. These attractive traditions spread, not by being better retained or more accurately transferred, but because they are transmitted over and over. This theory is used to shed light on various puzzles of cultural change (from the distribution of bird songs to the staying power of childrens rhymes) and to explain the special relation that links the human species to its cultures. Morin combines recent work in cognitive anthropology with new advances in quantitative cultural history, to map and predict the diffusion of traditions. This book is both an introduction and an accessible alternative to contemporary theories of cultural evolution.

  • Québec, 2022. La province est plongée dans la peur et la répression. Un référendum est tenu chaque année par le gouvernement caquiste et l'opposition officielle libérale dans le seul but d'humilier les derniers tenants de la souveraineté. Gilles Duceppe, retraité en suisse depuis dix ans, a une épiphanie. Il réalise qu'il marmonne. Un peu. Beaucoup. Énormément. Il revient au Québec, suit des cours de diction chez Serge Postigo, puis devient dirigeant du camp du OUI en vue du neuvième référendum. Mais d'obscures menaces de mort assombrissent sa campagne... Sous la forme des radiothéâtres d'antan (effets sonores à l'appui), L'assassinat du président est une épopée nationale, intime et shakespearienne qui témoigne du destin tragique et halluciné d'un grand homme d'État et de son chien fidèle, Cacahuète. C'est un appel à la confrontation de nos peurs identitaires ainsi qu'une réflexion sur l'affranchissement par rapport aux guerres invisibles qui divisent le Québec; une souffleuse qui passe dans l'hiver de nos complexes.

  • Tout a commencé en 2035 dans notre prospère République du Québec. On venait tout juste d'enterrer le cercueil vide de Fred Pellerin, disparu depuis dix ans pendant une tournée dans le Nord, pis v'là-ti pas que le petit conteur à lunettes retontit d'entre les morts à l'émission de Denis Lévesque, complètement métamorphosé : les cheveux longs pis noirs, des gros pecs, tout bronzé... Sauvage, ténébreux et moulant. Il se plante les deux pieds dans les trous d'yeux du Québec pis il dit : « J'ai un message de la part des Premières Nations... Soyez prêts. » Pis il se tire en bas du pont Jacques-Cartier. Live. Le monde chie dans leu' culottes... Troisième volet de la trilogie du Québec, entamée par Clotaire Rapaille : l'opéra rock et L'assassinat du président, Épopée Nord vous invite à taper du pied jusqu'à ce que ça fasse mal avec cette purge folklorique en forme de soirée canadienne. Vous aimez pas les rigodons? Ben coudonc, ce coup-ci, l'empoisonnement sera nécessaire : la vengeance est douce au coeur de l'Indien.

  • Étonnant métier qu'enseigner ! Il faut appliquer des programmes, suivre des instructions officielles... tout en s'interrogeant en permanence sur la pertinence de ses méthodes. Les propositions pédagogiques élaborées par les penseurs de l'éducation viennent alors soutenir l'enseignant confronté à des situations imprévues.
    C'est ce que découvre le lecteur à travers le journal professionnel d'Ellen, enseignante débutante. Celle-ci tente d'analyser sa pratique au regard de la lecture des grands pédagogues. S'inventent alors des dialogues avec les penseurs qu'elle convoque au fil de ses questionnements et des situations rencontrées. Tous apportent à son vécu un éclairage inspiré de leurs propres théories.
    De Montaigne à Tolstoï et à Freinet, de Bachelard à Piaget et à Bourdieu... le lecteur est ainsi invité à croiser de façon ludique l'héritage des plus grands pédagogues et à réfléchir sur ses pratiques.

  • Sous une forme totalement inédite, les auteurs mettent en résonance un journal professionnel écrit par une jeune enseignante avec une analyse réalisée par un formateur. Ainsi théorie et pratique ne s'opposent pas mais elles se fécondent mutuellement. La méthode d'analyse choisie vise à offrir des outils simples d'élaboration de la pensée pour dépasser les idées toutes faites et les préjugés, et enrichir ainsi la palette des attitudes et des outils qui aident les futurs enseignants à construire leur professionnalité. Chaque chapitre s'articule autour d'une question qu'un enseignant débutant est amené à se poser : la préparation de classe, les fiches, le tableau, la récréation, le cahier du jour, l'évaluation, les rencontres avec les parents...Utile aux jeunes enseignants, ce livre offre également aux formateurs des supports concrets utilisables dans des cadres tels que l'analyse de pratiques.

  • Nouveaux départs, recyclage et résilience sont au programme d'un dossier spécial sur le riche concept de «régénération»-qu'elle soit individuelle ou collective; sociale, urbaine ou environnementale. Cette édition automnale inclut également une fiction inédite de Stéphane Lafleur (Avec pas d'casque), des textes exclusifs de la chorégraphe Margie Gillis, de Rafaële Germain, d'Evelyne de la Chenelière, de Catherine Mavrikakis, de Nicolas Charette et bien d'autres.

  • Le dossier de ce numéro d'hiver de L'Inconvénient s'intitule « La société sans douleur », et pourtant, dixit Alain Roy, « la raison d'être de l'art, sa fonction oserait-je dire, consisterait ainsi à combattre une érosion de la sensibilité qui serait logée au coeur de l'expérience humaine ». Le plaisir esthétique sous forme de perversion masochiste, peut-être? Cinq auteurs (Ugo Gilbert Tremblay, Bertrand Laverdure, Céline Lafontaine, Michel Morin et Thomas Hellman) signent autant d'essais ou d'entrevues autour de ce thème. Si les textes de la section littérature sont ensuite consacrés aux derniers ouvrages de Catherine Mavrikakis, Yasmina Reza ou Amos Oz, la chronique peinture met en lumière les acryliques à la fois graphiques et organiques de Jessica Peters. Les nouvelles sensations en matière de séries télévisées sont bien servies par des articles sur Westworld, Narcos et Fargo. Quant à la tribune, elle est confiée pour ce numéro-ci à Jacques Godbout qui s'attaque à un sujet on ne peut plus dans l'air du temps : le retour du religieux.

  • Le Canada a-t-il troqué les Casques bleus, l'aide au développement et le Cirque du Soleil contre les chasseurs à réaction, les coups de force dans l'Arctique et le rôle de mauvais garçon dans les sommets internationaux? Dans ce cinquième numéro, le magazine Nouveau Projet se penche sur la question du déclin du soft power canadien, avec un dossier de quatre textes qui l'explorent chacun à leur façon, dont l'un, très personnel, écrit par David Suzuki, le grand environnementaliste canadien anglais.

empty