• Derf Backderf a passé son enfance à Richfield, petite ville de l'Ohio située non loin de Cleveland. En 1972, il entre au collège, où il fait la connaissance de Jeffrey Dahmer, un enfant solitaire au comportement un peu étrange. Les deux ados se lient d'amitié et font leur scolarité ensemble jusqu'à la fin du lycée. Jeffrey Dahmer deviendra par la suite l'un des pires serial killers de l'histoire des États-Unis. Son premier crime a lieu à l'été 1978, tout juste deux mois après la fin de leur année de terminale. Il sera suivi d'une série de seize meurtres commis entre 1987 et 1991. Arrêté en 1991, puis condamné à 957 ans de prison, Dahmer finira assassiné dans sa cellule en 1994. Mon Ami Dahmer est donc l'histoire de la jeunesse de ce tueur, à travers les yeux de l'un de ses camarades de classe. Précis et très documenté, le récit de Derf Backderf (journaliste de formation) décrit la personnalité décalée de Dahmer qui amuse les autres ados de cette banlieue déshumanisée typique de l'Amérique des années 1970. Dahmer enfant vit dans un monde à part, ses parent le délaissent, il est submergé par des pulsions morbides, fasciné par les animaux morts et mortifié par son attirance pour les hommes. Personnage fascinant, voire attachant car presque victime de son environnement, Dahmer vit une implacable descente aux enfers vers une folie irréversible.

  • A 21 ans, J. B. se retrouve coincé de nouveau chez ses parents, dans un patelin du fin fond de l'Ohio. Il vient d'arrêter la fac et doit absolument trouver un travail pour ne plus avoir sa mère sur le dos en permanence. Suite à une annonce providentielle, il est engagé comme éboueur contractuel et est bientôt rejoint par Mike, un ancien copain de lycée. Ensemble, ils vont découvrir les joies du métier, se confronter aux habitants les plus dérangés de la ville, aux éboueurs de longue date, aux chiens errants et aux sacs poubelles mal fermés. Pendant une longue année, ils devront faire leur tournée quotidienne sous la pluie, la neige ou sous un soleil de plomb, persécutés en permanence par leur chef, l'infâme Will E.

  • Situé au début des années 1980, dans la banlieue d'Akron, une ville de la Rust Belt frappée par la crise économique, Punk Rock et mobile homes est une comédie déjantée dans le milieu de la musique punk. Le personnage principal, Otto Pizcok, dit « Le Baron », est en terminale et vit dans le parc de mobile-homes appartenant à son grand-oncle. Gros balèze féru du Seigneur des Anneaux à la personnalité un peu borderline, il est à la fois admiré et incompris de ses camarades de classe. Grand fan de musique punk, il fréquente assidûment The Bank, la principale salle de concerts punk d'Akron, alors appelée « The New Liverpool ». Grâce à son impressionnant aplomb, Otto parvient a se débarrasser de son image de nerd pour devenir le guide/roadie de sommités du Punk telles que Joe Strummer ou les Ramones. Il devient même chanteur, et parvient à ses fins avec la gent féminine, mais il finit par péter les plombs en plein concert et, comble de l'horreur, se retrouve seul à l'approche du bal de fin d'année.Avec ses personnages baroques, ses dialogues et situations rocambolesques, Punk Rock et mobile homes est à mourir de rire, tout en étant un véritable documentaire sur la scène punk des années 1980, telle que Backderf l'a lui-même connue dans sa jeunesse.

  • Kent State

    Derf Backderf

    Après l'autobiographie (Mon Ami Dahmer) et l'autofiction (Trashed),
    l'auteur américain Derf Backderf réalise un magistral documentaire
    historique sur les années 1970 et la contestation contre la guerre du
    Vietnam. Kent State relate les événements qui ont mené à la
    manifestation du 4 mai 1970 et à sa violente répression sur le campus
    de cette université de l'Ohio. Quatre manifestants, âgés de 19 à 20
    ans, furent tués par la Garde nationale au cours de cette journée.
    Cet événement marqua considérablement les esprits et provoqua des
    manifestations gigantesques dans tout le pays avec plus de quatre
    millions de personnes dans les rues, marquant un retournement de
    l'opinion publique sur l'engagement américain au Vietnam. Derf
    Backderf, avait 10 ans à l'époque des faits. Il a vu des troupes
    traverser sa ville en 1970, et il a été profondément marqué par la
    répression sanglante de la manifestation du 4 mai. Dans Kent State,
    il brosse le portrait des étudiants qui seront tués au cours de la
    manifestation ainsi que celui d'un membre de la Garde nationale. Sa
    description détaillée de la journée du 4 mai 1970, montre comment
    l'incompétence des responsables locaux a débouché sur une véritable
    boucherie. Derf Backderf a consacré trois ans à la réalisation de
    Kent State, il a réalisé un véritable travail journalistique et
    interviewé une dizaine de personnes ayant participé à la
    manifestation. Kent State est un récit extrêmement prenant, poignant,
    une leçon d'histoire et une démonstration implacable de l'absurdité
    de l'utilisation de la force armée pour contrôler des manifestations.

empty