• La mort rôde en 1914 dans ce hameau reculé des Vosges. Elle menace un étrange petit homme venu de l'Alsace allemande, en butte à l'hostilité des habitants, et le forgeron qui l'a pris sous sa protection. Elle crie victoire quand éclate la Grande Guerre, mais la vie, l'amour et l'amitié n'ont pas dit leur dernier mot.
    « C'était à l'aube. Le jour diluait lentement la nuit. La Harpaille sommeillait encore et la campagne, plombée par un ciel gris, se reposait des hommes... Un vent à décorner les boeufs éparpillait une à une les traînées de brume dormante, emmêlées aux branches des peupliers. On entendait au loin sa basse sonore hurler dans les sapins, sinistre. »
    Prix des postiers écrivains 2018 et Prix du Jury Premier roman de la ville de Mennecy.

  • A la veille de la Seconde Guerre mondiale, dans un hameau reculé des Vosges, nous suivons Pierre et Jean, deux frères que tout oppose. Pierre, l'insoumis, défie l'autorité en braconnant sur les terres d'un fermier parvenu, débauché et naufrageur de petits paysans endettés. Arrêté, emprisonné, il sera envoyé à sa sortie de prison au camp disciplinaire de Tataouine pour faire son service militaire. Jean, le conformiste, aime l'ordre et la discipline. Après la débâcle de 40, à l'image de la France divisée, chacun choisit son camp, l'un la Résistance, l'autre celui du Maréchal Pétain puis la Milice. Ils ont en commun l'amour pour une même jeune fille et le sens de l'honneur hérité de leur grand-père.
    Le combat intérieur que mènent les personnages entre leurs parts d'ombre et de lumière les pétrit d'humanité, donne à leur destin une résonance universelle et fait du roman une tragédie. Alexis Ruset écrit dans une langue riche et poétique et fait place aux expressions populaires, voire dialectales. Son style soutenu recourt aux métaphores et aux assonances. Cette variété des moyens d'expression donne vie et couleur au récit.


  • Julie était la fille du chaos. Le mal dont elle souffrait était congénital. Il provenait du choc violent entre la France et l'Algérie, ces deux sources auxquelles sa mère avait bu, les deux terres qui l'avaient nourrie et dont elle-même était pétrie. L'hérédité l'avait coupée en deux. Elle se croyait unique, faite d'une seule pièce, alors qu'une autre se tenait derrière. Cette fracture la minait. Pour la réduire et se reconstruire, il lui fallait combler le trou dans son corps et le puits d'ignorance où elle avait vécu. Elle n'y parviendrait qu'en assumant pleinement sa part algérienne, qu'elle avait jusqu'alors seulement constatée sur son visage et perçue dans le regard d'autrui.

  • Quatre personnages se croisent ici : un patriote en déshérence, un prêtre sans latin ni fidèles, un énarque dans la tourmente du politique et enfin un financier pris dans l'arène des marchés. A travers l'histoire de quatre cousins confrontés au bouleversement d'une société en crise dans un siècle destructeur des valeurs héritées de leurs parents, c'est la fresque de notre temps qui se redessine. Les Blessures du Temps, mémoires romancés qui mêlent souvenirs et fiction, action et réflexion, se veulent à la fois le reflet d'une époque et le bilan d'une génération.

empty