• " Bienvenue chez CASA, chère Clarissa... "

    Une résidence pour artistes flambant neuve. Un appartement ultramoderne, au 8e étage, avec vue sur tout Paris. Un rêve pour une romancière en quête de tranquillité. Rêve, ou cauchemar ? Depuis qu'elle a emménagé, Clarissa Katsef éprouve un malaise diffus, le sentiment d'être observée. Et le doute s'immisce. Qui se cache derrière CASA ? Clarissa a-t-elle raison de se méfier ou cède-t-elle à la paranoïa, victime d'une imagination trop fertile ?
    Fidèle à ses thèmes de prédilection - l'empreinte des lieux, le poids des secrets -, Tatiana de Rosnay tisse une intrigue au suspense diabolique pour explorer les menaces qui pèsent sur ce bien si précieux, notre intimité.

  • "Je voyais maintenant que c'étaient les créatures les moins terrestres qu'il soit possible de concevoir. Ils étaient formés d'un grand corps rond, ou plutôt d'une grande tête ronde d'environ quatre pieds de diamètre et pourvue d'une figure. Cette face n'avait pas de narines - à vrai dire les Martiens ne semblent pas avoir été doués d'un odorat - mais possédait deux grands yeux sombres, au-dessous desquels se trouvait immédiatement une sorte de bec cartilagineux. [...] En groupe autour de la bouche, seize tentacules minces, presque des lanières, étaient disposés en deux faisceaux de huit chacun. Depuis lors, avec assez de justesse, le professeur Stowes, le distingué anatomiste, a nommé ces deux faisceaux des mains."

  • Bpocalypse

    Ariel Holzl

    Pour se rendre au lycée, Samsara n'oublie jamais sa batte de baseball, ses talismans et son couteau de chasse. Tout ce dont elle a besoin pour affronter les animaux mutants, fantômes et autres créatures qui ont envahi les rues de Concordia après l'Apocalypse. Aujourd'hui, la ville vient de lever la quarantaine de l'ancien parc public et s'apprête à accueillir ses habitants, réputés avoir muté. Les deux jumeaux que Sam voit débarquer dans sa classe sont loin d'avoir un physique standard. Très vite, ceux qui se moquent d'eux ou les prennent à partie sont les victimes d'incidents inexpliqués. Tout semble accuser les nouveaux venus. Mais dans une ville comme
    Concordia, peut-on se fier aux apparences ?

  • Comme certains romans d'humeur libertine, ne s'interdisant ni l'érotisme, ni les fantaisies de l'imagination, ni l'humour, celui-ci prend parfois des allures spéculatives. Dans cette vie extraordinaire d'une auto, conte philosophique et de science-fiction, c'est surtout de l'humain qu'il s'agit, face à certaines interrogations de notre époque.

  • Société humaine matriarcale, utopiste et pacifiste, la civilisation de Pollen maîtrise la reproduction pour manipulation génétique et fécondation in vitro.
    Pour éradiquer la violence, elle a relégué ses guerriers sur une planète satellite. Un portrait doux et subtil des liens de pouvoir, de domination et de désir qui unissent ou séparent les deux moitiés de l'humanité.

  • "Dans une Europe postapocalyptique dévastée par les pollutions chimiques, nucléaires et génétiques, quelques groupes nomades tentent de subsister grâce à une tribu dont les sourciers sont capables de trouver les eaux épargnées par la contamination. Malgré les signes inquiétants qui jalonnent la route de son peuple, Solman le boiteux, né avec le don de clairvoyance, pourratil éviter la fin des derniers hommes ?

    D'abord publiée en romanfeuilleton, une captivante épopée dans un monde dénaturé où l'homme n'est plus sûr d'avoir sa place."

  • 2040. Dans un monde socialement fracturé, Foogle décrète la Grande lumière, rendant publiques les données personnelles de chacun. Dépourvus d'intimité, les gens s'isolent et vivent avec des androïdes facilitateurs de vie. De plus en plus nombreux, les pauvres sont chassés des centres, et perdent tous leurs droits. Après des années de dépression et de solitude, un écrivain quinquagénaire tombe fou amoureux de son androïde et rompt avec son statut protégé...

    Cette magnifique anticipation littéraire qui résonne avec la puissance des réseaux et notre actualité sociale, est aussi un très beau roman universel sur le choix de qui nous décidons d'être et comment aimer l'autre.

  • Nominées ou lauréates des plus grands prix, ces dix nouvelles ont fait la notoriété de Paolo Bacigalupi et posé le saisissant univers postpétrole de ses fictions ainsi que les thèmes sociaux, politiques et environnementaux chers à l'une des voix les plus

  • Après la guerre nucléaire, une pollution mortifère a confiné une partie de la population mondiale dans des mégapoles équipées de purificateurs d'air. Les capitales sont regroupées en Cités Unifiées : la plus importante, NyLoPa, réunit New York, Londres et Paris. La sécurité est assurée par une armée suréquipée de super détectives, les fouineurs.Soudain, dans toutes les villes et en quelques minutes, des centaines de meurtres sont perpétrés par d'invisibles assassins, les Ombres. On soupçonne la secte de la Fin des Temps d'en être à l'origine, mais l'enquête menée par les fouineurs va les plonger dans un enchevêtrement de complots et de luttes de pouvoir. Ils vont être entraînés hors des cités, dans le « pays vague », lieu de tous les dangers.

  • Voici l'histoire de M. Francisco Fabrigas - explorateur, philosophe, physicien hérétique - qui embarque à bord d'un vaisseau plein d'enfants pour un voyage terrifiant vers une autre dimension, assisté par un capitaine juvénile, un brave garçon sourd, une fillette aveugle et futée, et une botaniste sensuelle, tous poursuivis par le pape de l'univers et un magnétiseur coquet. Sombres complots, cultes démoniaques, jungles meurtrières, pagaille quantique, la naissance de la Création, la mort du Temps, et une créature nommée Sweety : tout cela et plus encore derrière le voile de la réalité.

  • « Belles Lettres Ad Astra », « La nuit des livres », « Premières lettres » et « De l'avant », quatre nouvelles de science-fiction par quatre maîtres du genre : Norman Spinrad, Valérie Mangin, Raphaël Granier de Cassagnac et Pierre Bordage. Chacune esquisse un futur possible de ce que seront les Belles Lettres en MMCXIX. Au début de la Première Guerre mondiale, un érudit se désolait de ne pouvoir emporter dans son paquetage une édition critique française d'Homère. La légende veut qu'ainsi fût conçu le projet d'une maison consacrée à l'édition savante des textes anciens, la société Les Belles Lettres, fondée en 1919. Un siècle plus tard, ce recueil de nouvelles est là pour assurer aux amoureux de la culture que la maison à la chouette continuera à faire rayonner l'humanisme.

  • À quatorze ans, Matt est un Seigneur de la drogue. Après la mort d'El Patrón dont il était le clone, l'adolescent a hérité d'Opium, un pays créé de toutes pièces entre les États-Unis et le Mexique pour y développer la culture du pavot et fournir en drogue les trafiquants du monde entier. Aujourd'hui, tous s'attendent à le voir suivre les traces de l'ancien Seigneur d'Opium, dont il partage l'identité, l'ADN et peut-être davantage... Pourtant Matt a d'autres ambitions. Il compte en finir avec la culture de la drogue et libérer les eejits, ces clandestins transformés en esclaves-zombies programmés pour travailler sans relâche dans les champs de pavot. Mais avant d'y parvenir, il doit apprendre à se faire respecter et tenir à distance les autres Seigneurs de la drogue prêts à fondre sur son territoire, comme le terrifiant Glass Eye Dabengwa. Quitte à suivre les conseils que lui murmure à l'oreille une voix familière, celle d'El Patrón, comme revenu d'entre les morts...

  • Voyage au coeur d´une étoile à neutrons...Imaginez une humanité microscopique, une humanité conçue pour vivre dans l´environnement le plus hostile qui soit - le manteau superfluide d´une étoile à neutrons, résidu massif d´une supernova... Imaginez le souvenir des créateurs de cette micro-humanité perpétué de génération en génération depuis des siècles... Imaginez enfin la plus incroyable réunion de famille de l´histoire, une réunion sur fond de guerre stellaire séculaire contre les Xeelees et leurs noircroiseurs briseurs d´étoile, une réunion qui pourrait bien décider du futur d´un univers tout entier...

  • Imaginez. La tête des gens est pour vous comme une chambre dans laquelle vous vous promenez naturellement, au milieu de pensées secrètes et d'ogres aux dents de cisaille. Vous vous appelez Mélusine. Vous écoutez dans les têtes.
    La malchance vous poursuit depuis votre naissance. Tout bascule sans cesse dans la poisse. D'ailleurs, vous venez d'être enlevée par un vampire. Votre prénom est Framboise. Vous savez déplacer les objets.
    Vous n'avez pas de famille, plus de mémoire et pour terrain de jeu une gare où vous dérobez les portefeuilles. On vous appelle Décembre mais en fait votre vrai prénom est Tristan. Vous êtes télépathe.
    Arrêtez d'imaginer. L'Université invisible vient de vous kidnapper. Cette organisation secrète s'intéresse à vos dons uniques, magiques, terribles. Pour les perfectionner, elle vous embarque sur une île mystérieuse. Désormais, votre présent et votre avenir sont ici. Car, bientôt, dans le monde d'En Bas, plus personne ne se souviendra de vous.

  • « Je n'ai jamais rien lu de tel que le deuxième roman de M. Suddain. C'est à la fois un space opera couvrant la galaxie avec des intrigues, des aventures et des extrapolations technologiques fascinantes et un compte-rendu hilarant, presque nabokovien, des mésaventures gastronomiques d'un critique culinaire dans ses visites de restaurants sur des douzaines de planètes lointaines. »
    Jeff VanderMeer

  • L'Histrion

    Ayerdhal

    Dans cette galaxie grouillante d'États et de communautés aux intérêts si divergents, Genesis, la créature-monde, essaie de fédérer l'humanité sous la bannière de Daym. Pour seul outil, il dispose de l'Histrion, dont l'unique fonction est de jouer les trouble-fête. Et pour l'Histrion, il a choisi Aimlin (ou Aimline) un/une sexomorphe, individualiste farouche, qui déteste le pouvoir et n'a pas été consulté(e) sur ce rôle qu'on veut lui voir tenir...

  • Imaginez un art qui, outre les sons et les images, les odeurs, les goûts, le toucher, la perception du mouvement et de l'espace, manipule les sentiments et les émotions avec une telle finesse qu'ils deviennent indiscernables des vôtres. Imaginez des artistes qui projettent directement leurs oeuvres dans l'intimité de votre centre nerveux, excitant tous vos sens, surimposant des émotions dûment composées à votre propre sensibilité dans un spectacle où vous serez tour à tour ou simultanément tous les personnages. Maintenant, imaginez le pouvoir que l'exercice de cet art confère à celui qui le maîtrise. Imaginez les enjeux, les conflits d'intérêts, les passes d'armes, les expédients, la fin et les moyens mis en oeuvre pour contrôler les deux cent soixante mondes de l'Homéocratie.

  • Argent animal

    Michaël Cisco

    Lors d'une conférence sur la finance en Amérique du Sud, cinq économistes développent un concept de monnaie vivante, capable de se reproduire. Bientôt l'argent animal croît et se multiplie, envahissant le monde.

  • Azir : le premier monde habité découvert par l'humanité. Un monde à la technologie balbutiante, divisé en provinces. Une occasion unique pour l'homme de coexister avec une autre espèce intelligente ou de donner libre cours à ses vieilles tentations colonialistes. Consciente de ce risque, Nerbrume, la très avisée gouvernante azirie, Chorê de Dashmani, et Méline, ambassadeur du Conseil de l'humanité, tentent de ralllier les habitants d'Azir pour faire front commun. Mais la tâche est complexe et le temps compté. Bientôt les hommes vont arriver en masse, avec leur technologie et leur réalisme économique, et menacer de changer radicalement le visage de la planète. Or il n'est pas facile d'inventer un nouveau mode de coexistence ?

  • Aimlin(e) est sexomorphe, capable de changer de sexe à volonté. Dans les délicats équilibres des pouvoirs de la Fédération Homéocrate, el a été choisi(e) pour jouer le rôle du trublion, de l'empêcheur de penser en rond, du révélateur de conflits. Mais el est rebelle par essence et recherche son créateur pour se libérer d'un destin qui n'est peut-être que le fruit d'une programmation. Un magnifique space opera, précurseur visionnaire et joyeux.

  • Dans son souci, au fil des numéros et depuis plus de 15 années, de tisser un panorama le plus complet possible du large champ des littératures de genre, Bifrost à toujours veillé à porter son regard aussi bien sur les auteurs francophones qu´étrangers, contemporains que classiques. Ainsi, après avoir abordé une immense référence anglophone, l´auteur de Dune, Frank Herbert, dans notre numéro 63, puis un jeune auteur français résolument moderne dans notre 64e livraison, en la personne de Jérôme Noirez (et avant de retourner du côté des fondateurs américains avec Isaac Asimov dans le Bifrost 66), notre 65e opus consacrera un large dossier à un auteur lui aussi francophone mais plus ancien, un écrivain quelque peu oublié (il écrit peu, et oeuvre qui plus est depuis des années dans le domaine du roman jeunesse pour l´essentiel), et pourtant ô combien attachant, le romancier français Christian Léourier. Déjà, en 1979, l´universitaire et critique littéraire Roger Bozzetto disait à son propos dans la revue Fiction : « On parle peu de Leourier, on a tort (...), il fait partie des auteurs français qui ont non seulement beaucoup à dire, mais qui le disent d'une manière originale, où la poésie est au service d'une vision du monde bien peu banale. » Pour mémoire, on rappellera que notre auteur fit ses débuts en littérature en 1972 dans la très prestigieuse collection « Ailleurs & demain » des éditions Robert Laffont avec le roman Les Montagnes du soleil, collection qui le publiera une second fois en 1979 avec le très beau La Planète inquiète. Son cycle le plus connu, « Lanmeur » (7 volumes), fut publié entre 1984 et 1994 aux éditions J´ai Lu. Depuis, il apparaît régulièrement au catalogue d´éditeurs aussi divers qu´Actes Sud, Nathan, Mango ou encore Bayard, mais presque exclusivement dans des collections jeunesse.

  • « Les Xeelees possédaient l´univers... Quand les hommes avaient émergé du système solaire en se traînant à vitesse subluminique sur les premiers vaisseaux GUT, ils étaient entrés dans un environnement complexe peuplé de nombreuses races intelligentes dont chacune obéissait à ses propres impératifs et poursuivait ses propres buts. [...] Moins de deux siècles après l´époque de Michael Poole, la Terre était conquise, puis transformée en camp de travail par les gestalts aquatiques que les humains avaient appelé les Squeems. [Mais] où que les hommes et les races qu´ils avaient rencontrées regardent, ils voyaient l´empreinte des Xeelees. Se tenant à l´écart de l´univers, ils évoquaient des dieux : indifférents à tout, concentrés sur leurs vastes oeuvres et leurs mystérieux projets... »
    />

  • Depuis les premières oeuvres importantes de Jules Vernes - figure fondatrice à la fois par le contenu de ses romans et par son succès populaire - jusqu'au début de la Deuxième Guerre mondiale, cet ouvrage porte sur l'anticipation dans la francophonie et en propose une archéologie. D'où vient ce nouveau genre? Comment s'est-il développé? Les désignations génériques « anticipation » et « science-fiction » n'étant intervenues que tardivement, comment cette identité a-t-elle pu se dégager au fil des décennies, tant dans l'espace médiatique que dans le discours social fin de siècle?
    Les auteurs de ce livre font valoir les dimensions historiques et sociales du genre et croisent des lectures axées sur la socialité des textes, tout en décodant les fictions et en les ancrant dans la réalité de leur époque. Ils offrent au lecteur - amateur de science-fiction, d'anticipation et, plus largement, d'histoire littéraire - une somme sur les premiers temps d'un genre indissociable des avancées de la science et des débats en cours.

  • Le bathyscaphe de Marine, Cric et Lewis Jr le koala en danger au large de l'Australie, dans les entrailles de l'océan déchiré par les spasmes d'un cataclysme ? Ce n'est encore qu'un futur alternatif. Cheekee et les iolitiens, une civilisation avancée, tentent de neutraliser les conséquences du mode de vie d'Ultimanecat.
    Ce roman document aux paysages éblouissants et à l'humour décalé, évolue sur des pages contenant en filigrane la beauté du monde naturel et celle de l'Homme, à travers les arts. Il apporte des éléments scientifiques qui éclairent la crise climatique et environnementale sous une lumière nouvelle et offrent un modèle de société de transition.
    Mais Val Gray ne se prend pas au sérieux et ce n'est pas une « leçon » qu'elle nous donne, mais un roman transcendantal, drôle, bouleversant, et redoutablement efficace.« Le monde est tel qu'il est parce que nous le désirons ainsi. » « Un cadeau du ciel », Richard Bach, pilote écrivain auteur de « Jonathan Livingston le Goéland .» et « Stranger to the Ground »
    Val Gray est l'auteur de plusieurs ouvrages. Elle a publié dans la presse des articles sur l'environnement, la résilience nation et les liens Défense - civils.
    Passionnée d'aviation, esprit libre et voyageur adepte de sports à sensations, elle a longtemps partagé son temps entre travail alimentaire, recherches et écriture.
    Plus qu'un roman, ce voyage initiatique confirme son talent d'écrivain.

empty