• Nos existences parfois nous pèsent. Même pour un temps, nous aimerions prendre congé des nécessités qui leur sont liées. Se donner en quelque sorte des vacances de soi pour reprendre son souffle. Si nos conditions d'existence sont sans doute meilleures que celles de nos ancêtres, elles ne dédouanent pas de l'essentiel qui consiste à donner une signification et une valeur à son existence, à se sentir relié aux autres, à éprouver le sentiment d'avoir sa place au sein du lien social. L'individualisation du sens, en libérant des traditions ou des valeurs communes, dégage de toute autorité. Chacun devient son propre maître et n'a de compte à rendre qu'à lui-même. Le morcellement du lien social isole chaque individu et le renvoie à lui-même, à sa liberté, à la jouissance de son autonomie ou, à l'inverse, à son sentiment d'insuffisance, à son échec personnel. L'individu qui ne dispose pas de solides ressources intérieures pour s'ajuster et investir les événements de significations et de valeurs, qui manque d'une confiance suffisante en lui, se sent d'autant plus vulnérable et doit se soutenir par lui-même à défaut de sa communauté.

  • Septembre 1713. Juché sur une étique rossinante, la râpière au côté, Blasco de Castiglione, coeur tendre, joyeux drille et tête brûlée, entre dans Palerme. En quête du secret de sa naissance, il va rencontrer Don Raimondo de la Motta, qui a commis tous les crimes pour ceindre la couronne ducale, l'éblouissante et tumultueuse Donna Gabriella, qui sait ce qu'aimer à mort veut dire, le sbire Matteo Lo Vecchio, maître ès scélératesses, Violante, belle comme un rêve de pureté, le séduisant et mystérieux Coriolano de la Floresta, et tout un petit peuple pittoresque et rebelle. Il rencontre aussi une ville de palais arabes, d'églises espagnoles, de châteaux forts normands, avec ses quartiers misérables et ses catacombes où se réunit la secte des Beati Paoli dont l'idéal de justice sera défiguré par la mafia... Cavalcades, duels, courses en mers, fêtes grandioses, intrigues de cour, enlèvement au couvent, chocs des armées et des ambitions, sublimes amours et combinaisons ténébreuses, toutes les séductions du roman historique sont là, réunies dans la lumière sicilienne qui rend les emportements plus violents et le bonheur plus mélancolique.

  • - 60%

    En l'année 1762, pourchassé par les hommes du puissant marquis d'Oxorio, qui ne lui pardonne pas d'avoir posé les yeux sur sa fille Giovanna, le jeune Cesare fuit à travers les orangeraies palermitaines. Il est sauvé par frère Benedetto, étrange ermite qui manie le bâton comme personne. Ainsi débute ce nouvel épisode de la saga des Beati Paoli, commencée avec Le Bâtard de Palerme. On y retrouve, quarante ans après, quelques-uns des héros qui ont assuré le succès en France, de ce best-seller italien. Le chevaleresque Blasco de Castiglione, le mystérieux Coriolano de la Floresta, chef de la secte des Beati Paoli, et surtout le peuple sicilien, poète et révolté. Des escaliers romains de la Trinité des Monts, propices aux idylles, au fracas des batailles maritimes, dans lesquelles le Capitaine justice et son épouse combattent côte à côte, des ruelles de Naples où la camorra fait la loi, à la forêt sicilienne où les femmes de bandits ont le coeur tendre et le poignard agile, Natoli a élargi le décor de sa saga au royaume des Deux Siciles mais Palerme, ses souterrains et ses palais, en sont toujours le coeur. Le goût de la liberté, l'amour d'une terre lumineuse et ancienne en sont encore l'âme.


  • Moana refuse de mener la vie que voudrait lui imposer son peuple.

    Dans un futur post-apocalyptique, le monde est en proie à un grand refroidissement et l'humanité est menacée de disparaître. La Polynésie où vit Moana n'échappe pas à cette règle : elle est recouverte de neige. Selon les règles édictées par son peuple, la jeune fille doit se marier et avoir des enfants au plus vite. Mais il est hors de question pour Moana de suivre ces règles qui ne lui conviennent pas. Une seule solution : fuir, pour vivre sa vie selon ses propres choix.

  • Après Le Bâtard de Palerme et La Mort à Messine, nous retrouvons dans Coriolano les personnages de la saga des Beati Paoli. L'affrontement des caractères est ici porté à l'incandescence : dans le heurt entre frère Benedetto, redevenu Coriolano de la Floresta, le chef de la secte qui, en ce milieu du XVIIIe siècle, exerce toujours son pouvoir occulte sur Palerme, et Blasco de Castaglione le compagnon de sa jeunesse ; dans la lutte sans merci qui oppose dans la famille Albamonte le grand-père et le petit-fils ; dans les batailles que doit mener Cesare, l'orphelin, pour reprendre la couronne ducale et enlever Giovanna, séquestrée par sa mère ; dans l'amour désespéré de l'angélique Mariantonia. Mais ce dernier tome, plus encore que les autres, est traversé par le vent de l'histoire, et un personnage passe au premier plan : le peuple de Palerme, avec son parler, ses petits métiers, son sens du grotesque et du sublime, son amour de la liberté. Après tant de duels, de chansons, de chevauchées et d'intrigues, il ne fallait rien moins qu'une révolution pour conclure le plus fameux des romans historiques siciliens.

  • La sauvage

    Jenni Fagan

    Anais s'est violemment débattue pour échapper à la police. Sa jupe est tachée de sang, mais tout ce dont elle se souvient c'est d'un écureuil.
    Elle est conduite au Panopticon, un centre pour adolescents difficiles, où elle rencontre d'autres gamins. Isla l'anorexique, séropositive et mère de jumeaux, qui pratique l'automutilation et Tash qui l'aime, et se prostitue pour gagner l'argent de l'appartement où elles vivront ensemble. Les garçons sont tout aussi perdus et perturbés, le quotidien oscille entre fugue et défonce. Tous sont des enfants abandonnés, ou pire, par tous les adultes qu'ils ont rencontrés.
    Les travailleurs sociaux qui les surveillent sont dépassés ou indifférents.
    Trimbalée de foyers en familles d'accueil depuis sa naissance, Anais a l'impression d'être un sujet de laboratoire prisonnier d'une expérimentation. Elle décide de mettre fin à l'expérience et de reprendre sa liberté. Elle a quinze ans, elle est intelligente, belle et insoumise.
    Dans un style rapide, brillant, plein de l'énergie de ses personnages, Jenni Fagan nous communique sa tendresse pour cette héroïne touchante et vitale autour de laquelle elle construit son roman.
    Trimbalée de foyers en familles d'accueil depuis sa naissance, Anais a l'impression d'être un sujet de laboratoire prisonnier d'une expérimentation. Elle décide de mettre fin à l'expérience et de reprendre sa liberté. Elle a quinze ans, elle est intelligente, belle et insoumise.
    Dans un style rapide, brillant, plein de l'énergie de ses personnages, Jenni Fagan nous communique sa tendresse pour cette héroïne touchante et vitale autour de laquelle elle construit son roman.

  • Sandokan le prince malais et son ami le Portugais Ya?ez de Gomara, les pirates libertaires, h?ros de Salgari ? qui ont hant? les imaginations adolescentes au m?me titre que les Trois Mousquetaires ?, reviennent sous la plume de Taibo II. Ils ont maintenant soixante ans. Leurs amis et leurs biens font l?objet d?une menace suffisante pour qu?ils r?arment leurs bateaux et remobilisent leurs anciens compagnons d?armes. Ils se lancent dans une lutte infernale contre l?imp?rialisme sous toutes ses formes. Dans ces pages on croise?: Friedrich Engels, le professeur Moriarty, des sous-marins sortis de Jules Verne, des soci?t?s secr?tes chinoises, Rudyard Kipling, un homme au masque d?argent, des trafiquants d?esclaves, une survivante de la Commune de Paris, des aventuriers de la finance internationale, des fondamentalistes musulmans, des philosophes sto?ciens, Old Shatterhand, le h?ros de Karl May, des banquiers philippins amis de Jos? Marti, des espions anti-imp?rialistes, tous impliqu?s dans une aventure extraordinaire sur les traces de plants d?h?v?a. Apr?s avoir ?t? ? l?origine du n?opolar latino-am?ricain, Paco Taibo II r?invente ici, avec la complicit? involontaire d?Emilio Salgari, le roman d?aventures du XIXe?si?cle, en l?assaisonnant de politique, de sexe et surtout de malice litt?raire.


  • Écoutez les récits de Moana la conteuse, entendez la révolte qui gronde...

    Moana est devenue la dépositaire des histoires de l'ancien monde, l'époque d'avant le refroidissement, d'avant la dictature du Gouvernement central... Elle n'est pas seule avec ce précieux héritage, ses amis Pierre et Chris, le magicien des images, l'accompagnent sur les chemins pour partager la mémoire, les livres et les films du temps passé. Mais les routes corses sont parsemées de dangers : le froid, la menace de la prison, les maladies... Contrainte à la fuite, Moana va embarquer sur l'Argo, le bateau vagabond, dirigé par un quatuor de vieux marins rebelles. Avec eux, elle va apprendre bien des secrets, mais aussi que la colère, la jalousie et la révolte causent parfois de grands drames...

    Par l'un des auteurs de 14-14 (prix des Incorruptibles 2015-2016, prix Tatoulu 2016 et prix Gulli du roman 2014)

  • Moana accomplira-t-elle son destin d'héroïne ?
    Après avoir fait le tour du monde et libéré les jeunes prisonniers, l'équipe de l'Argo met le cap sur la Corse. Hélas, la famille d'adoption de Mona a été arrêtée ! Pour la libérer, ils vont tenter le tout pour le tout et affronter les troupes du Gouvernement central. Car Moana n'est plus une petite fille, elle est forte, amoureuse et entourée d'alliés. Elle est prête et déterminée à recouvrer sa liberté pour de bon...

    La conclusion de la bouleversante trilogie de Silène Edgar, co-auteure de 14-14 (prix des Incorruptibles 2015-2016, prix Tatoulu 2016 et prix Gulli du roman 2014) et auteure de Adèle et les Noces de la reine Margot, Les Lettres volées et 42 jours.

  • Affaibli par un étrange mal, le courageux Lazar est impuissant face à la flotte ennemie qui menace la baie de Percheron. Quant à la Zaradine Ana, qui porterait l'héritier du trône, le futur fils du Zar Boaz, elle est retenue prisonnière par un mystérieux guerrier du désert.
    Déchiré entre son coeur et sa raison, le Zar Boaz n'a qu'une seule idée en tête : retrouver Ana. Alors que son royaume est au seuil d'une guerre dévastatrice, il prend la décision désespérée de renvoyer Lazar dans le désert à la recherche de la jeune femme.
    Le retour de la Déesse précipite alors les mortels et les dieux dans une bataille chaotique pour l'âme de Percheron...

  • « Fiona McIntosh est une talentueuse enchanteresse, qui connaît ses lecteurs et sait ce qu´ils attendent : des récits captivants au rythme soutenu. » Sydney Sun HeraldLes hautes instances complotent contre l´odalisque Ana. Méfiant, le jeune Zar va chercher conseil auprès de son grand vizir, qui semble avoir subi une métamorphose soudaine. En cette période de troubles, le Zar a désespérément besoin de l´appui de cet homme mystérieux : une guerre va bientôt l´opposer à un royaume lointain, la bataille cyclique des dieux s´intensifie, et le premier disciple de la déesse est tombé entre les griffes d´un démon...

  • « Monsieur, pourquoi n'écrivez-vous pas un livre sur Saint François-Xavier ? me lance un jour mon père.
    Vous portez son nom. Vous êtes Basque. Et vous avez voyagé en Chine, au Japon, en Inde. Comme lui. »
    C'est l'histoire d'un fils qui feint de raconter la vie de Saint François-Xavier pour être à la hauteur des attentes de son père. De Roncevaux à Rome, de Lisbonne à Goa, il part collecter chacun des morceaux d'un corps sacré que le temps a éparpillé. Mais, la vie de son illustre homonyme, le narrateur s'en fiche, en vérité. Il n'a pas la moindre intention de s'y attarder sérieusement.
    Sauf à confier la sienne en même temps, à se dévoiler peu à peu, à s'éloigner de l'univers étriqué qui l'a vu grandir. Sauf à parler de choses plus intimes. De ses amours. Des hommes qui se font prier. Des hommes qui font mal, parfois.

    C'est l'histoire d'une fuite, d'un sauve-qui-peut, et d'un père qu'il faudra bien tuer un jour. Dans sa soif de liberté, d'aventure et de volupté, dans cet abandon lavé du repentir et des certitudes, dans un style fluide hanté par des voix insaisissables, François-Xavier Delmas parcourt le sinueux chemin de l'enfance et des brûlures anciennes.

  • Brusquement tirée de l'orphelinat, une fillette se retrouve dans un quartier populaire agité, au sein d'une famille de saltimbanques, sous la protection de sa grand-mère doña Barbara, une forte femme. Elle va désormais vivre en compagnie d'Amanda, sa tante soumise à un mari égoïste et tyrannique, de Chico, son cousin taciturne et observateur attentif de la vie du quartier, et surtout de la naine Airelai, incarnation de la magie et de l'imagination dans ce contexte difficile et marginal. Tous attendent le retour de Maximo, le père, admiré de tous, symbole de libération.
    L'enfant échappe à la cruauté et à la dureté du réel en posant sur lui un regard neuf nourri de fantaisie et de rêve, et en se construisant un monde imaginaire, où tout prend des couleurs et des dimensions hors du commun.
    Rosa Montero est non seulement une narratrice qui construit des intrigues solides, mais elle sait aussi les situer dans un monde insolite et foisonnant qui lui appartient en propre. Elle nous parle ici de ce que nous avons en nous sans avoir eu à le conquérir : la sagesse de l'enfance, ce temps de solitude qui est le ferment nécessaire de la liberté.

  • Le glacis

    Monique Rivet

    Laure a vingt-cinq ans lorsqu´au milieu des années 50 elle est nommée, en pleine guerre d´Algérie, professeur de lettres dans un lycée d´une petite ville de l´Oranais. Cette guerre, qu´elle ne comprend pas, la désoriente, puis lui fait horreur. Elle ne comprend pas davantage la société qu´elle découvre, une société cloisonnée où les conformismes se côtoient en toute hostilité et qu´elle choque par la liberté de ses réactions ; d´emblée elle s´y fait des ennemis, au point de se mettre en danger.
    « Le temps où j´ai habité la ville était le temps de la violence. Le temps de ce que le langage officiel déguisait d´un intitulé pudique : les "événements", quand l´homme de la rue disait : la guerre. La guerre d´Algérie.
    Ce pays, je ne lui appartenais pas, je m´y trouvais par hasard. J´y étais de guingois avec tout, choses et gens, frappée d´une frilosité à fleur de peau, incapable d´adhérer à aucun des mouvements qui s´y affrontaient. Cette guerre, je ne la reconnaissais pas, elle n´était pas la mienne. Je la repoussais de toutes mes forces. Si j´avais eu à la faire... - s´il avait fallu que je la fasse, aurais-je pu la faire aux côtés des miens ? » Monique Rivet avait l´âge de Laure quand elle a écrit ce texte, vibrant, sobre et vital, témoin de son regard de femme très jeune sur une guerre que personne ne voulait reconnaître. Ce roman n´a jamais été publié auparavant.

  • Née en 1968 en Voïvodine (alors yougoslave, aujourd'hui en Serbie), Melinda Nadj Abonji a d'abord été élevée en hongrois par sa grand-mère. Elle a rejoint à six ans ses parents à Küsnacht, en Suisse. Deux patries, deux langues, deux libertés.
    C'est sur cette expérience que repose Pigeon, vole. La narratrice Ildikó Kocsis y raconte alternativement des histoires d'émigration et des anecdotes de Voïvodine. La famille Kocsis a trouvé son bonheur en Suisse. En 1993, elle ouvre son propre restaurant au village. Mais pour en arriver là, il aura fallu aux parents, Rosza et Miklós, de la force, de la patience et de l'humilité. Les deux filles, Nomi et Ildikó, donnent un coup de main mais aspirent à conquérir leur liberté. Elles ne veulent plus se laisser humilier et insulter parce que étrangères. Sur un ton vivace, coloré et plein d'esprit, Melinda Nadj Abonji raconte ces deux aspects d'une émigration et d'une intégration réussies. L'auteur démontre une grande virtuosité stylistique, capable de construire une forme musicale et un style extrêmement souple tout en conservant la limpidité de sa narration. Elle maîtrise ses différentes langues et en utilise musique et images pour élaborer ainsi une structure rythmique subtile, et pourtant facile à lire, elle nous conduit entre humour et tendresse à la fois à la recherche du secret du grand-père et à la poursuite des aspirations des deux soeurs. Le lecteur est aussi fasciné par la vitalité et la modernité de ces jeunes femmes que par le rythme de l'écriture.

  • La campagne anglaise, un château en ruine et deux hommes que tout oppose...
    Lord Thornby est pris au piège sur la propriété isolée de son père depuis plus d'un an. Il n'y a ni cellule ni chaînes, mais il est incapable de quitter la demeure familiale. Au fil des jours, sa santé mentale commence à s'effriter.
    Lorsque le magicien industriel John Blake arrive pour enquêter sur un cas de sorcellerie, il trouve Thornby assez particulier. Arrogant certes, mais aussi inquiétant qu'il est séduisant. Sans s'en rendre compte, John se retrouve entrainé dans un conte de fée des plus sombres, où toutes les règles de la magie - et de l'amour - se trouvent altérées.
    Pour rendre sa liberté à Thornby, les deux hommes vont devoir affronter des vérités qui changeront leur vie à jamais - et John devra accepter que l'homme courageux et plein d'esprit qui gagne son coeur soit également sur le point de le briser. Peuvent-ils se dépêtrer de cette magie aussi dangereuse que l'amour ?

    #Magie #Romance #Historique


    Fan de K.J Charles, de Jordan L. Hawk, ou simplement lecteur à la recherche du parfait mélange de magie et de romance historique ? Ne cherchez pas plus loin !

    ---
    "Une nouvelle - et magnifique - plume de la romance paranormale historique, à suivre." - K.J. Charles, autrice de Magpie

  • Le navire obscur

    Sherko Fatah


    Né dans le Kurdistan irakien, Kerim ne connaît que la guerre, le pouvoir répressif des puissants, la violence : son père est tué sous ses yeux.

    À peine sorti de l'enfance, Kerim prend sa place aux fourneaux de la petite auberge familiale. Jusqu'au jour où, allant rendre visite à ses grands-parents dont la famille est sans nouvelles, il est capturé et enrôlé de force dans les rangs de ceux qui se nomment « les combattants de Dieu » : il ne s'en libèrera qu'au prix d'un crime.
    Il n'aura dès lors qu'une idée : quitter l'Irak le plus vite possible et gagner clandestinement l'Europe, et plus précisément l'Allemagne.
    Après une traversée clandestine épouvantable il débarque chez l'un de ses oncles à Berlin et commence une vie nouvelle.
    Là, l'intégration dans le quotidien européen ne ressemble pas à ce qu'il avait imaginé, son passé le rattrape, lui colle à la peau.
    L'échec est programmé.
    Sherko Fatah révèle la puissance de son style dans cette évocation de l'inéluctabilité du destin de ses héros, aux prises avec les différentes formes des extrémismes, leurs multiples pouvoirs de séduction et leurs conséquences.
    Fils d'un père kurde originaire du nord de l'Irak et d'une mère allemande, Sherko Fatah est né en 1964 à Berlin-Est. Grâce à la nationalité irakienne de son père, il a pu quitter la RDA avec sa famille qui, après un bref séjour à Vienne, s'installa à Berlin-Ouest où Sherko Fatah fit des études de philosophie et d'histoire de l'art, il étudie particulièrement Heidegger. Il a fait de nombreux voyages en Irak. Il vit à Berlin.

    Il a remporté le Grand Prix de l'Académie de Berlin 2015.

  • Stockholm, 1628.

    Alors que le magnifique Vasa s'enfonce dans les eaux sombres du Mälaren, Izko est témoin d'une scène étrange : un homme est tué, une femme en fuite met au monde un enfant. Elle fait un geste. Malédiction ou prémonition ?
    Comme tous les jeunes Basques, Izko rêvait de chasse à la baleine dans les eaux glacées des confins du monde sur les pas de son père, un harponneur de légende. Mais une force mystérieuse a changé le cours de son destin, le vouant au service de Dieu et du roi : il sera espion de Richelieu. Après avoir étudié la cartographie à Lisbonne et Stockholm, Izko part explorer les Indes boréales, où les Suédois espèrent trouver des mines d'argent pour financer leurs guerres tandis que des prêtres fanatiques convertissent les Lapons par la force. Tenu par un terrible chantage, Izko devra frôler mille morts, endurer cent cachots pour conjurer le sort et trouver sa liberté, aux côtés des Lapons fiers et rebelles et d'une femme qui l'a toujours aimé.

    Un extraordinaire roman d'aventures, porté par un héros courageux, dans l'Europe tourmentée des guerres de religion et de l'Inquisition.


    On embarque sans hésiter pour le Grand Nord du monde.


    La version epub est enrichie par des cartes et des illustrations.

empty