Littérature traduite

  • Hermann Karnau est un jeune acousticien allemand, responsable de la sonorisation de meetings politiques nazis au début de la Seconde Guerre mondiale. Fasciné par les mystères de la voix humaine, il enregistre des centaines de voix au cours de la guerre puis procède à des expérimentations scientifiques pour le compte du IIIe Reich. Sa position l'amène à fréquenter Goebbels, le ministre de la propagande nazie, et plus particulièrement l'aînée de ses six enfants, Helga. L'adolescente, initialement très attachée à son père, découvre le véritable visage de celui-ci au fur et à mesure de l'avancée du conflit. Les mondes de Karnau et d'Helga se rejoindront finalement dans la noirceur la plus profonde, marquant la folie d'un système abject.

  • Rob et Louise, deux jeunes trentenaires d'une petite ville des West Midlands, en plein centre de l'Angleterre, sont sur le point de se marier lorsqu'ils sont licenciés par la manufacture de faïences qui les employait tous les deux. Rob et Louise réagissent très différemment. Louise entame tout de suite des recherches pour trouver un autre emploi. Rob n'accepte pas son licenciement, se refuse à changer d'employeur, et encore plus de métier. En plein déni, il cache son licenciement à sa famille et à ses amis et sombre dans la dépression. Leur relation se dégrade au fur et à mesure jusqu'à peut-être menacer leur couple.Initialement publié dans la collection Casterman Ecritures il y a 15 ans et depuis longtemps indisponible, Breakfast After Noon est le premier roman graphique d'Andi Watson publié en France. On retrouve la patte de cet auteur sensible à la peinture des relations amoureuses et au réalisme social et avec en toile de fond la crise économique post-thatcherisme qui a frappé de plein fouet les régions industrielles anglaises. Avec la publication de Breakfast After Noon, la totalité des oeuvres de cet auteur incontournable de la scène anglaise est désormais au catalogue des éditions çà et là, avec Slow News Day, Rupture, Little Star et Points de Chute.

  • Le très athlétique Jules Léotard, né en 1838 et mort en 1870, est l'inventeur du trapèze volant et plus particulièrement de la voltige entre deux trapèzes. Il portait le maillot collant inventé pour ses besoins, nommé depuis le « léotard » et utilisé par les hommes en gymnastique artistique. Bien qu'il donne son nom à la bande dessinée d'Eddie Campbell et Dan Best, Jules Léotard meurt dès la page treize du récit suite à un accident de voltige. Entre alors en scène son jeune neveu, Étienne, qui prend l'identité de son célèbre oncle ainsi que la direction de son bigarré cirque itinérant. À partir de cet instant, la vie d'Étienne prend une tournure surréaliste au fil de ses déplacements en compagnie de cette troupe de cirque unique en son genre, peuplée de personnages ayant une très forte ressemblance avec les super-héros des temps modernes. Les membres de la petite équipe vont vivre des aventures rocambolesques à travers l'Histoire ; le siège de Paris par l'armée prussienne, l'exposition universelle de 1889, le vol de la Joconde, le naufrage du Titanic...Entre Les Aventures du Baron de Münchhausen et les Marvel comics, Le remarquable et stupéfiant M. Léotard est un jubilatoire récit picaresque peuplé de proto-super-héros dans cette Europe à l'aube du XXe siècle.

  • Chez les Fun, tout le monde s'adore et les membres de la famille remercient chaque jour le ciel pour leur bonheur. Le père, Robert Fun, dessinateur d'un strip à succès dans lequel il met en scène sa propre famille et la mère, Marsha, femme au foyer modèle, ont quatre enfants, Robby, Molly, Mikey et J.T. Mais derrière cette façade de bonheur idéal se dissimulent de profondes fêlures. À la mort de la mère de Robert, l'édifice se craquelle et la famille Fun se décompose. Le père devient neurasthénique, la fille aînée a des visions de sa grand-mère décédée et se transforme en dévote, la mère tombe sous l'emprise d'un gourou et le fils aîné, Robby, se fait passer pour son père afin d'assurer les revenus de la famille.Satire extrêmement féroce et dérangeante de la famille idéale, La Famille Fun est aussi une charge violente contre la religion, contre certaines méthodes pédagogiques et contre les gourous du développement personnel... Pour accentuer cette satire, Benjamin Frisch joue sur des contrastes saisissants, entre le dessin coloré et rond des personnages rappelant le style graphique des strips américains des années 1950, et la noirceur des situations auxquelles les membres de la famille vont être confrontés.

  • Barbro, une suédoise d'une cinquantaine d'années mal dans sa peau, entame un voyage dans le nord de la Norvège pour rejoindre la ville de Tromsø, décor principal d'un classique de la littérature scandinave, Alberte et Jacob de Cora Sandel, qui l'obsède depuis de nombreuses années. Elle se rend à Tromsø comme en pèlerinage, pour se rapprocher du personnage principal du roman, Alberte, une jeune femme éprise de liberté prisonnière du carcan des mentalités provinciales rigides. Barbro découvre vite que la petite ville est devenue très différente de celle décrite dans le livre en 1926, mais la richesse et la pauvreté y sont aussi flagrantes qu'à cette époque. Barbro visite les lieux décrits dans le roman, déambule dans la ville et rencontre une autre femme fascinée par Alberte et Jacob avec laquelle elle va se lier d'amitié.Anneli Furmark entrelace l'histoire de Barbro avec celle d'Alberte, adaptant des extraits du roman de Cora Sandel et établissant un parallèle entre la jeune norvégienne qui s'affranchit des pesanteurs sociales de son époque et la suédoise mère de famille dont la personnalité mue au cours de son séjour. Un Soleil entre des planètes mortes montre comment certains livres peuvent littéralement changer la vie des gens.

  • Aida Karlsson, une jeune suédoise de quatorze ans, vit à proximité d'une petite ville dans la région du Småland. Elle et ses amies, Tess et Marlène, sont en classe de cinquième et se retrouvent confrontées à de nombreux changements dans leurs relations avec les garçons ; nouvelles règles du jeu, nouveaux comportements, attouchements qui dégénèrent en agressions, relations amour/haine et cette frontière parfois ténue entre les simples jeux d'enfants et la violence... Les trois amies réalisent qu'elles vont devoir s'endurcir pour ne pas perdre leur place dans la nouvelle hiérarchie qui s'instaure dans ce monde où les adultes sont presque perçus comme une menace, un monde où elles ne peuvent compter que sur elles-mêmes.Dans ce premier livre, publié en 2014 en Suède, Hilda-Maria Sandgren dessine au crayon le récit sensible de ces prémices du passage à l'âge adulte, les rires et les blessures de l'enfance qui ne vont peut-être jamais tout à fait guérir. Elle retranscrit le temps qui s'écoule et ses bouleversements

  • « Il n'y a rien de pire qu'un livre sur l'éducation des enfants dans lequel l'auteur se présente comme un parent parfait, avec toutes les bonnes réponses. Mike Dawson n'a pas cette prétention. Élever des enfants dans nos sociétés modernes est devenu beaucoup plus compliqué au niveau social, politique et religieux que pendant les décennies précédentes. Mike n'a aucune certitude dans ce domaine, uniquement des craintes, et c'est la même chose pour tous les parents, ou ça devrait l'être. Ses conflits intérieurs font de ce livre un ouvrage à la fois divertissant et sincère. Nouvelles du front d'un père moderne est non seulement destiné aux parents mais aussi à tous ceux qui veulent réfléchir à l'influence que notre monde a sur les jeunes, et franchement, cela concerne tout le monde. »- Julia Wertz auteur de L'attente infinie et Whiskeys et New York.Au fil d'une douzaine d'histoires courtes, autobiographiques ou non, Mike Dawson nous livre un commentaire décalé et sensible sur des questions liées à l'éducation des enfants. Entre le choix des jouets, l'apprentissage du vélo et ses angoisses anticipées sur les futurs petits amis de sa fille, il met en évidence la difficulté de rester un parent zen dans un mode contrasté où les fusillades dans les écoles et les princesses Disney bénéficient de la même couverture médiatique.

  • Sabrina est une jeune italienne de 25 ans au caractère bien trempé, elle vit chez ses parents dans une petite ville de province, mais passe le plus clair de son temps chez son petit ami, Stefano. Mal à l'aise dans son corps et dans sa vie, elle exprime parfois violemment son mal-être et se heurte à sa famille et à son entourage. Confrontée comme tous les italiens de sa génération à une terrible crise économique, elle affronte également une crise existentielle. Au seuil de l'indépendance et du monde adulte, elle ne se sent pas en mesure de faire face à ces changements. Un début décembre, une grossesse imprévue vient bouleverser la vie déjà passablement mouvementée de Sabrina. Elle décide d'avorter mais le rendez-vous à la clinique est fixé au mois de janvier, du fait des fêtes de fin d'année... Près de trente jours pendant lesquels Sabrina est soumise à des pulsions contradictoires, à l'angoisse et à la colère, se fait licencier et se sépare de son compagnon... Perturbée par tous ces événements, elle devra aussi composer avec les répercussions psychologiques de l'avortement avant de retrouver un équilibre. Lucia Biagi aborde le thème de l'avortement à travers un récit intimiste et nuancé, au-delà des tabous et des clivages idéologique, et revendique clairement la liberté de choix et l'absolu droit des femmes à décider de tout ce qui concerne leur corps et de leur vie.

  • Maximo Pérez, un jeune barcelonais, souffre d'hyperthymésie, forme très rare d'hypermnésie. Il se souvient de tous les événements qui ont ponctué sa vie, sans en oublier aucun détail et se remémore en permanence ces souvenirs, à son corps défendant... À l'occasion d'un traquenard organisé par un ancien ami, Maximo rencontre une jeune femme, Claudia, dont il tombe sous le charme. Maximo, qui travaille dans une agence de détectives privés, demande alors à l'un de ses collègues d'espionner Claudia afin de mieux la séduire. Il parvient à ses fins et au cours d'un repas, lui qui vit entouré de souvenirs et de collections en tous genres, est marqué par une déclaration de Claudia : ""les choses que tu possèdes finissent par te posséder""...À l'image du cerveau de Maximo, le récit multiplie les va-et-vient entre différentes périodes, sollicitant la sagacité du lecteur qui devra lui-même reconstruire l'intrigue dans l'ordre chronologique. Un ouvrage réalisé à quatre mains, où la bande dessinée devient un véritable jeu narratif et visuel.Nominé pour le Prix de la meilleure bande dessinée espagnole Festival Barcelona 2014

  • Louis « Studs » Terkel (1912-2008) s'est rendu célèbre comme journaliste de radio et comme auteur de nombreux ouvrages d'histoires orales qui constituent l'une des sources documentaires les plus riches et les plus saisissantes sur l'histoire des États-Unis au XXe siècle. C'est l'une des grandes figures de la gauche radicale américaine. Monstre sacré du journalisme radiophonique, il a reçu le Prix Pulitzer en 1984.

  • Entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2015, le dessinateur canadien Dakota McFadzean a dessiné chaque jour un strip en quatre cases pour le mettre en ligne sur son site internet. Soit in fine un total de mille huit cent vingt-cinq strips dessinés sur une période de quatre ans ! C'est un accomplissement remarquable pour un jeune auteur (bien que ce type de contrainte soit familier aux dessinateurs de la presse quotidienne). Mais le plus remarquable est la facilité avec laquelle Dakota McFadzean jongle avec l'humour noir et l'absurde. Alternant brillamment des histoires complètement surréalistes avec des strips plus introspectifs, Dakota McFadzean sait varier les effets allant du gore à la poésie, avec un sens du rythme et de la réplique qui fait mouche à chaque fois...Puisque les éditions çà et là font bien les choses, nous allons publier l'intégrale des strips de Dakota McFadzean en deux volumes de plus de 300 pages chacun, reprenant les strips de 2011 à 2013 déjà publiés sous forme de recueil au Canada chez Conundrum Press mais également les strips réalisés entre 2014 et 2015, entièrement inédits au format papier in the whole wide world.Lauréat du Doug Wright Award 2016Nomination Slate Cartoonist Prize 2013Nomination Shuster Awards 2012

  • Tita Larasati est née 1972 à Jakarta, mais elle a fait ses études dans la petite ville de Bandung qui devient sa ville d'adoption. Diplômée d'une école d'ingénieur, elle part ensuite faire un doctorat aux Pays-Bas en 1998. Elle passera finalement neuf ans dans ce pays où elle se mariera avec un Hollandais et mettra au monde deux enfants. En 2007, Tita décide de revenir vivre à Bandung avec sa petite famille... C'est ce retour dans son pays et dans la ville de sa jeunesse qu'elle décrit dans Retour à Bandung, avec un regard à la fois occidental et indonésien, les petits riens du quotidien, la nourriture, les problèmes de circulation, le déphasage de ses enfants...

  • Médecin de campagne coincé à Kajaani, une petite ville reculée de la Finlande du 19e siècle, Elias Lnnrot a l'impression d'être enfermé dans une prison. Sa famille démunie le harcèle et l'ivrognerie des notables locaux lui est devenue insupportable. Il est endetté, stressé, et de plus, impliqué dans une vague liaison avec une paysanne mariée. Leur relation dévoilée au grand jour, il panique et envisage de s'enfuir en Russie. Pour créer le héros de son roman graphique, Ville Ranta s'est inspiré d'une personnalité historique finlandaise, Elias Lnnrot (1802-1886) qui fut médecin de campagne, poète, et auteur du recueil des poèmes chantés qui constituent Le Kalevala, l'épopée nationale finlandaise. Le héros du présent ouvrage porte son nom, mais cette histoire est presque entièrement imaginée. L'exilé du Kalevala est un récit sur le besoin obsessionnel d'être un honnête homme, les questionnements et la tendance inconsciente de Lnnrot à gâcher sa propre vie.

  • Le Cancer de Maman est le journal de Brian Fies, un journaliste scientifique, dont la mère manifeste un jour des symptômes préoccupants. Le diagnostique est rapide : elle a un cancer des poumons métastasé et une tumeur au cerveau.Le journal suit l'évolution du cancer de cette femme de 60 ans, sans pathos ni exhibitionnisme, et décrit le quotidien de la maladie, les angoisses et interrogations de la malade et de sa famille dont la cohésion est mise à l'épreuve.L'auteur pointe le discours parfois hésitant voire incohérent des médecins, les méandres du suivi médical et des procédures tâtonnantes. Au delà d'une expérience cathartique, Brian Fies a une véritable volonté d'informer et de sensibiliser, ce qui fait la force de ce témoignage.Publié à l'origine sur le site internet de l'auteur, Le Cancer de Maman a gagné un Eisner Award en 2005 dans la catégorie « bandes dessinées numériques » avant d'être publié par Harry N. Abrams.

  • Après la collision avec une comète et l'effondrement de leur civilisation, les survivants d'une planète dévastée combattent pour leur survie. Les suppôts de l'Ordre, sous la férule de Maître Grène, tyrannisent la population et l'ensemble des clans de la planète, mais une mystérieuse organisation organise la résistance...Le deuxième volume de la série Etoile du Chagrin dévoile un peu plus les intentions et les origines des principaux protagonistes de la série et notamment Le Tueur Coupeur, Klavir et Face de couteau dont les chemins ne se sont toujours pas croisés. Kazimir Strzepek imbrique de multiples histoires dans un récit d'aventure post-apocalyptique extraordinairement détaillé et d'une imagination débridée dans la tradition des meilleurs ouvrages du genre. Il dévoile au fur et à mesure des épisodes de la série les pièces d'un gigantesque puzzle (plus de mille deux cent pages sont prévues jusqu'à la conclusion de la série vers 2015).

  • Après une collision avec une comète et l'effondrement de leur civilisation, les survivants d'une planète dévastée combattent pour leur survie. Les suppôts de l'Ordre, sous la férule de Maître Grène, tyrannisent la population et l'ensemble des clans de la planète. Deux rescapés, Wilm et Klavir entament une quête pour retrouver une personne disparue pendant qu'un olibrius amnésique - qui s'avère être une véritable machine de guerre - erre sans but dans le désert, massacrant tout ce qui croise son chemin. Kazimir Strzepek imbrique de multiples histoires dans un récit d'aventure post-apocalyptique extraordinairement détaillé et d'une imagination débridée. Etoile du Chagrin est une série en 6 volumes (parution du prochain volume en octobre 2009).

  • A l'âge de vingt et un ans, j'ai promis à une inconnue rencontrée dans un café que j'aurai arrêté de fumer pour mes vingt-neuf ans. Et pourquoi pas ? Après tout, il me restait encore des années entières à fumer devant moi. Mais le temps passe vite quand on se ruine la santé, et avant que je ne puisse dire ouf, le jour fatidique était arrivé. Elles ne vont pas se fumer toutes seules est le témoignage illustré de ma relation avec la cigarette, de ma première taffe à la c'est-jamais-vraiment-la-dernière bouffée... et tout ce qu'implique le fait d'être amoureuse d'un vice monstrueux."Emily FlakeEmily Flake brosse en 112 vignettes le portrait d'une fumeuse certes angoissée par son accoutumance à la cigarette et les implications sur sa santé, mais qui aime fumer. Elle passe en revue l'historique de l'évolution du comportement vis-à-vis des dangers avérés de la cigarettes, l'impact sur ses relations sociales, mais au final ses illustrations sont une déclaration d'amour à la cigarette.

empty