Richard Malka

  • «  J'ai assisté à ton réveil ce matin, Anna. Je dis « assisté » car il ne me reste que trois matins à vivre et lorsque la fin est imminente, chaque réveil de l'être aimé est un événement. Nous avons échangé un baiser que j'ai écourté pour ne pas te tuer. Il est chaque jour plus difficile de résister...  »
    Ainsi se confesse Adrian van Gott, le collectionneur d'art sans âge dont nul ne connaît la fortune  : dans sa maison, sa forteresse des beaux quartiers de Manhattan, il a amassé des livres, des tableaux, des souvenirs de siècles passés... Adrian est une énigme. Mystérieux, douloureux, épuisé par les siècles déjà vécus, torturé de ne pouvoir toucher la femme qu'il aime...
    Qui est-il, et quel drame a-t-il connu dans la Venise des années 1780 avant de découvrir son étrange et monstrueux pouvoir  ?
    Pour Adrian, l'amour se vole et ne se gagne jamais. Et si aimer une femme à travers les siècles est une malédiction, c'est aussi le plus beau des destins. De Constantinople aux bas-quartiers de la Londres pré-victorienne, du Paris de la Révolution au New-York numérique, un grand roman noir et vampirique.

  • Aux portes de l'Occident, un dictateur opprime son peuple au nom de la transparence et de la pureté. Dans cette prison à ciel ouvert, les enfants ont le visage masqué et les citoyens récitent en masse un petit livre dont l'idéologie venimeuse contamine peu à peu le monde...
    À Paris, dans une salle d'audience scrutée par la presse internationale, un homme, évadé de ce pays de cauchemar et seul rescapé d'un massacre, tente de justifier son crime politique. Saura-t-il réveiller les consciences  ?
    Son avocat, un grand plaideur ombrageux, ambigu, sensuel, doit accomplir l'impossible  : obtenir l'acquittement d'un meurtrier qui revendique son acte.
    À ses côtés, la nuit, le jour, une réfugiée politique irrésistible à laquelle il se lie de passion trouble  : qui manipule qui  ?
    Journalistes, témoins, psychiatres, juges ou avocats, c'est notre temps qui se joue dans ce procès du siècle, avec ses mensonges, ses secrets et ses grâces inattendues...
    Rappelant 1984 de George Orwell et Douze hommes en colère, entre utopie politique, roman d'amour et thriller judiciaire, Tyrannie est un premier roman comme la scène littéraire française n'en offre pas.

  • Le droit d'emmerder Dieu Nouv.

    «  C'est à nous, et à nous seuls, qu'il revient de réfléchir, d'analyser et parfois de prendre des risques pour rester libres. Libres de nous engager et d'être ce que nous voulons. C'est à nous, et à personne d'autre, qu'il revient de trouver les mots, de les prononcer, de les écrire avec force, pour couvrir le son des couteaux sous nos gorges.
    A nous de rire, de dessiner, d'aimer, de jouir de nos libertés, de vivre la tête haute, face à des fanatiques qui voudraient nous imposer leur monde de névroses et de frustration - en coproduction avec des universitaires gavés de communautarisme anglo-saxon, des militants aveuglés, et des intellectuels qui sont les héritiers de ceux qui ont soutenu parmi les pires dictateurs du XXème siècle, de Staline à Pol Pot.  »
    Ainsi plaide Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo, lors du procès des attentats de janvier 2015. Procès historique, procès intellectuel, au cours duquel l'auteur retrace, avec puissance et talent, le cheminement souterrain et idéologique du Mal. Chaque mot pèse. Chaque mot frappe. Ou apporte la douceur. Evoquant les noms des disparus, des amis, leurs plumes, leurs pinceaux, leur distance ironique et tendre. Oui, la liberté d'expression est un combat, chaque jour vivifié par des gestes, des paroles, des échanges.
    Face à la mort, la littérature nous tient  : ce texte, bien plus qu'une plaidoirie, est un éloge de la vie libre, joyeuse et éclairée.

  • « J'ai écrit ce livre en hommage à ma grand-mère maternelle, Idiss.
    Il ne prétend être ni une biographie, ni une étude de la condition
    des immigrés juifs de l'Empire russe venus à Paris avant 1914. Il est
    simplement le récit d'une destinée singulière à laquelle j'ai souvent
    rêvé. Puisse-t-il être aussi, au-delà du temps écoulé, un témoignage
    d'amour de son petit-fils. » Robert Badinter Richard Malka et Fred
    Bernard s'emparent de ce récit poignant et intime pour en livrer une
    interprétation lumineuse tout en pudeur et à l'émotion intacte.

  •  
    Les 7 et 8 mars 2007 s'est tenu au palais de justice de Paris un procès suivi dans le monde entier : celui des "caricatures". Un an auparavant, Charlie Hebdo avait décidé de publier des caricatures du Prophète Mahomet, accompagnées d'un appel à la lutte contre l'islam radical - ce nouveau mal totalitaire. On voyait en Une le Prophète, débordé par les extrémistes, se tenant la tête entre les mains : « C'est dur d'être aimé par des cons.... »
    Deux jours d'audience agitées, sous haute protection, comme au théâtre de notre démocratie, combattante et menacée. Avec en première ligne, Philippe Val, Elisabeth Badinter, François Hollande, François Bayrou et tant d'autres, défendus par leurs avocats : Georges Kiejman et Richard Malka. Face à eux, des associations réclamant la censure du journal : la Mosquée de Paris et l'UOIF, entres autres.
    Ce qui se joua, pendant ces deux journées, devant la presse internationale ? Le droit de se moquer des idées, des religions. Le droit à la caricature. Le droit à l'irrévérence. Le droit au libelle, à l'excès, dans la tradition française du dessin de presse, du libelle révolutionnaire. Le droit à l'ironie salvatrice. Les débats furent âpres, décisifs ; juridiques aussi.
    Il était temps de rendre aux citoyens deux textes fondateurs - les plaidoiries de Malka et Kiejman - éloges superbes de la liberté de pensée, déconstruisant le totalitarisme en chemin ; moquant les censeurs ; défendant, comme une valeur supérieurement belle, le droit à rire non des êtres mais de leurs idées ; et confiant au lecteur les tendres armes démocratiques pour continuer de rire, d'éveiller, de croire ou de ne croire en rien.
    Plus tard, on le sait, Charlie Hebdo titrera "Charia Hebdo", sera incendié, puis connaîtra le drame de janvier 2015, avec son cortège de morts. Le procès de l'année 2007 est historique : comme un noeud, comme la répétition originelle d'un drame qui ne cessa de se répéter. 

  • Un magistral space opera philosophiqueXXVIIIe siècle de l'ère galactique. Afin d'éradiquer des conflits, les humains ont été regroupés par types de personnalités sur des planètes monocolores vouées à des fonctions uniques : la spiritualité, l'échange, la jouissance, la guerre, le travail, l'ordre et la créativité. Mais dans cet univers si parfait, une incompréhensible épidémie de stérilité se propage, condamnant inexorablement l'humanité dans un futur proche. Dans une salle d'audience, l'indolent Loth Lungren et la sensuelle Jezréel se croisent pour être jugés. L'une pour avoir refusé de s'adonner au sexe débridé et à la drogue, bien qu'affectée au monde de la jouissance, l'autre pour ne pas avoir rejoint sa garnison. Lourdement condamnés à l'issue d'un procès kafkaïen, ils tenteront d'échapper à cette galaxie névrotique...Retrouvez, pour la première fois en intégrale, l'oeuvre la plus personnelle de Richard Malka. Un conte spatial et philosophique illustré par le maître en la matière : Gimenez, le dessinateur mythique de La Caste des Méta-Barons.

  • 7 mai 2017 : matin du second tour de l'élection présidentielle.
    Marine Le Pen se réveille sur un air de Dalida.
    Le soir même, sa vie basculera. Peut-être.
    Une longue journée l'attend...
    D'abord, une visite secrète chez son psychanalyste : plongée trouble dans l'enfance et les années de fête. Puis, un ultime complot du vieux Front à déjouer. Florian Philippot qui se voit à Matignon et ne pense qu'à son 20 heures. Marion en embuscade, médaille de la Vierge autour du cou. Jean-Marie Le Pen qui se confie à son ami Serge Moati. Les dossiers secrets du parti. Le déjeuner mensuel des trois conspirateurs, Zemmour, Villiers, et Buisson. Les anciens du GUD qu'il faut cacher. L'envers de la dédiabolisation. Les affaires et les lingots que nul ne saurait voir. Les idées nouvelles de Soral et Dieudonné. Et, par-dessus tout, le marketing.
    Présidente, oui, mais pour quoi faire ?
    Après La face karchée de Sarkozy, une nouvelle enquête irrévérencieuse ! Pour ne plus rien ignorer d'une candidate encore mystérieuse.
    Le trait époustouflant de Riss (directeur de Charlie hebdo).
    Un scénario captivant et des dialogues saisissants de l'avocat Richard Malka.
    Une investigation minutieuse du journaliste Saïd Mahrane (enquêteur au Point, en charge du FN depuis 12 ans).

  • Un magistral space opera philosophique, par deux éminents talents de la bande dessinéeSi l'on s'en tient à la prophétie, l'Univers n'a plus que six semaines pour échapper à la stérilité. Afin d'empêcher ce tragique destin et mettre un terme au Segmentisme, Loth et Jezréel doivent trouver une statue sur Muse, la planète des Arts, sur laquelle sont inscrites les coordonnées de la planète des origines, celle dont proviennent les Guides. Mais leur vaisseau tombe en panne et doit faire halte sur Néo-Sparte dans le secteur de la Guerre. Ici, on ne jure que par le sang. Aussi le seul moyen pour eux de réunir les crédits nécessaires aux réparations est de participer à un tournoi, dans lequel les plus redoutables combattants de la galaxie s'affrontent...

  • Un magistral space opera philosophique, par deux éminents talents de la bande dessinéeXXVIIIe siècle de l'ère galactique. Les humains sont regroupés par types de personnalités sur des planètes monocolores vouées à des fonctions uniques : la spiritualité, l'échange, la jouissance, la guerre, le travail, l'ordre et la créativité. Cette organisation sociale fondée sur les antiques théories du psychiatre Carl Gustav Jung a permis l'éradication des conflits humains par le regroupement des personnes partageant les mêmes valeurs.Mais dans cet univers si parfait, les mystérieux guides immortels des Segments s'inquiètent : une incompréhensible épidémie de stérilité progresse et il ne reste que peu de temps pour y trouver un remède avant que l'humanité ne soit condamnée à la disparition.Dans une salle d'audience, l'indolent Loth Lungren et la sensuelle Jezréel se croisent pour être jugés. L'une pour avoir refusé de s'adonner au sexe débridé et à la drogue, bien qu'affectée au monde de la jouissance, l'autre pour ne pas avoir rejoint sa garnison. Lourdement condamnés à l'issue d'un procès kafkaïen, ils tenteront d'échapper à cette galaxie névrotique...Gimenez, le dessinateur mythique de La Caste des Méta-Barons reprend ses pinceaux virtuoses et s'associe à l'un des scénaristes les plus talentueux de sa génération, Richard Malka, qui choisit cette fois le prisme de la science fiction pour réfléchir à la condition humaine. Une oeuvre à la dimension philosophique, symbolique et esthétique commence...

  • Un magistral space opera philosophique, par deux éminents talents de la bande dessinéeXXVIIIe siècle de l'ère galactique. À l'issue d'un test psychologique, les humains sont regroupés par type de personnalité sur des planètes qu'ils ne peuvent plus quitter. Une organisation sociale qui a permis l'éradication des conflits humains. Mais dans cet univers si parfait, dirigé par sept guides immortels, une incompréhensible épidémie de stérilité progresse et condamne l'humanité à la disparition... Cherchant à anéantir le Segmentisme pour sauver l'espèce humaine, Loth et Jezreel parviennent sur Voluptide, la planète de la jouissance où réside l'unique habitant de la galaxie connaissant l'origine des immortels. Pour l'un des deux héros, cette quête ne pourra qu'être sans retour...

  • Les déboires de Jessica Chaillette collaboratrice dans un cabinet d'avocats... une jeune avocate exploitée par son patron, mal payée, qui attend vainement la gratitude de ses clients et dont la vie personnelle part à vau-l'eau, mais qui a encore quelques idéaux !
    Illustrations : Catherine Meurisse.
     

  • Les Z, comme Zagur, sont quatre frères juifs d'Algérie qui rejoignent Paris dans les années 1950. Ils vont devenir l'une des familles les plus influentes du grand banditisme français. De l'Algérie à Miami en passant par Paris, voici une incroyable saga familiale dans l'esprit du Parrain et dans la grande tradition des polars français à la Melville.

  • C'est une île mystérieuse n'apparaissant sur aucune carte...Et peuplée d'animaux surprenants : des hyènes féministes qui se disputent tout le temps, des ânes gauchistes qui apprennent à ne pas courir plus vite les uns que les autres, des pitbulls dirigés par celui-qui-joue-sur-les-peurs et sa fille qui-prospère-sur-la-haine en prônant la préférence nationale pour les chiens de race, des paresseux écolos qui font des bad trips, des oiseaux journalistes à la recherche de scoops invraisemblables, des ours qui pratiquent la chirurgie esthétique au fond de la caverne de jouvence, des nobody qui ont choisi la vie virtuelle sur Another Life en se faisant mousser sur My Face, des bonobos qui brandissent leur charte des droits sexuels au cours d'une Monkey Pride, et aussi des femelles qui se recouvrent d'un voile de feuilles pour qu'on ne discerne rien de leur pelage.
    Sur cette île, il y a encore une fabrique de la rumeur où des savants fous produisent, à la demande, du notable pervers sexuel, du président qui se tape une présentatrice blonde et des vaccins qui, en réalité, n'en seraient pas. Il y a aussi le Vent des Postures qui souffle rive gauche près du Festival des Vieilles Bourriques et des bons sentiments, sans oublier le Salon des Parvenus avec des otaries qui jouent au ballon pour 750 000 euros par mois, alors que la femelle la plus riche de l'île dépense un milliard pour avoir un ami et qu'un doberman se produisant au théâtre de la Patte d'Or voit des lémuriens partout.
    Et puis surtout il y a Badin, sage bonobo dont la fille est subitement atteinte par le virus Zarako qui fait dire n'importe quoi à ceux qui le contractent. Seul remède à cette maladie mortelle : l'écorce du vénéré Bonzaï qui se trouve à l'autre bout de l'île, au-delà de Fric City et de la Radicale Toundra, protégé par la Rivière de Fiel et d'innombrables obstacles. La course contre la mort intellectuelle commence... Enfin, il y a le lien si étrange qui unit cette île à la fameuse Arche de Noé...
    Une aventure acide et palpitante, en coédition avec Grasset et fruit de la collaboration inattendue entre un inclassable scénariste-avocat, un dessinateur-motard philosophico-animalier et une journaliste grand reporter. Une oeuvre originale et drôle, une satire sociale lumineuse à différents niveaux de lecture. Une odyssée fantastique, audacieuse et incisive sur notre époque qui s'inscrit dans la grande tradition des fables animalières et politiques.La BD événement de la fin d'année !

empty