Arnaud Friedmann

  • Suite à l'annonce de la maladie grave de son grand-père, Garance réalise qu'elle ne sait pas grand-chose de lui, notamment de sa jeunesse et des circonstances qui l'ont mené loin de son pays natal, le Cambodge. Comme pour rattraper ou rallonger le temps, elle lui rend visite aussi souvent que possible et l'interroge sur son passé. Ce passé qui risque bien de changer sa propre vie et sa relation avec ses parents...

  • Juin 1984, finale de Roland-Garros. Quand le petit Julien, devant le poste de télévision, affiche sa préférence pour Lendl, sa mère lui révèle qu'il est le fils de son adversaire, John McEnroe. Il a cinq ans et grandit dans l'ombre de cette paternité mythique, au rythme des victoires des héros du tennis qu'il rêve de supplanter un jour. Mais à l'évidence, il n'a pas hérité des gènes du champion, et s'enlise aux barbecues-parties du club de tennis de Besançon. 
    Réélection de Mitterrand, chute des Ceausescu, premiers émois amoureux... les années 1980-1990 passent sur fond de Boys Boys Boys de Sabrina, et avec elles passent les rêves de l'enfance. Sommes-nous toujours les fils de nos pères ? 
    Un roman d'initiation très contemporain, tendre et doucement cynique, servi par des personnages écrits à la volée.

  • Les dix nouvelles de La vie secrète du fonctionnaire mettent en scène des salariés de la fonction publique confrontés à un quotidien sclérosant, à la surenchère des réglementations et à l'obsession statistique de leur hiérarchie. A l'occasion d'une rencontre ou d'un moment critique, ils osent (ou rêvent de) briser la routine, faire un pas de côté pour s'affranchir de la norme. Apercevant une occasion de rompre avec la monotonie quotidienne et de peut-être tout reconstruire, certains passent le pas, d'autres hésitent ou ne peuvent s'y résoudre.
    Chaque personnage a une voix identifiable, une façon propre de se comporter et d'entrer en résistance avec les contraintes de son activité professionnelle.
    Une cadre stressée a recours au covoiturage un jour de grève : sous l'effet de l'ambiance délétère qui règne dans le véhicule, elle en vient à reconsidérer ses priorités... et ses préventions envers le conducteur. Un guichetier SNCF, dont les deux principaux talents consistent à savoir estimer à l'unité près le nombre de clients qui patientent dans la file d'attente et à élaborer des tactiques savantes pour attirer à son guichet les jeunes femmes qui lui plaisent, croit soudain reconnaître sa fille disparue et abandonne son poste pour la suivre.
    Avec beaucoup d'empathie et d'humour, ces nouvelles dressent le portrait d'une génération qui s'interroge sur son rapport à un monde du travail de plus en plus « objectivé », une génération qui cherche par tous les moyens à préserver son humanité dans ou hors du cadre professionnel. 
    Le stress des fonctionnaires n'est pas - toujours - là où on l'attend.
     

  • Arnaud Friedmann signe son deuxième roman. C'est l'histoire d'une rupture. Histoire banale ? Non, elle ne l'est pas. Lui, il n'aime plus. Elle, elle meurt dans les mots de la rupture accompagnés de leur mélodie préférée. Histoire sombre ? Oui. Des solitudes, des caricatures, des rencontres sans demains. Histoire insolite aussi. De la femme qui renaît folle, meurtrière, différente. Et surtout, histoire écrite, balancée, mélodieuse. « La mélodie préférée », un swing, un rythme and blues dont la partition est signée Arnaud Friedmann, l'auteur chaque fois plus talentueux, à suivre...

    Extrait


    « En sortant, il s'efface pour laisser passer une femme. Une belle femme. Elle le frôle. Elle disparaît dans le bar. Il ne la voit qu'à peine. Son dos, ses cheveux, la trace de son parfum, le mouvement de sa veste. Elle est passée très vite. Elle pourrait être une reine, un rêve, une assassine. Ou ne pas exister. Laurent l'a déjà oubliée lorsqu'il arrive sur le trottoir, comme toutes les femmes qu'il croise et qui ne s'arrêtent pas, dont il n'accroche que la silhouette et les regrets qu'elles laissent. Le soleil l'éblouit »

  • Premier roman d'Arnaud FRIEDMANN.
    Premiers pas d'un écrivain dont il a fallu contenir l'énergie bouillonnante qui avait tendance à brouiller son écriture. Maîtrisée, celle-ci est devenue un pur régal. Arnaud est une « plume » que nous sommes fiers d'avoir découvert.
    A.P. Editrice.
    « Le grondement de la mer, en face, ça la changeait aussi, la rendait presque gaie. Elle croyait qu'elle pourrait passer sa vie comme ça, assise sur son tabouret sans s'ennuyer. Maintenant elle s'ennuie, les regards des gamins l'agacent. Elle a mûri. Elle sait qu'ils deviendront comme leurs parents, ça ne la fait plus rire. »
    Sous la plume d'Arnaud FRIEDMANN, trois destins s'enchevêtrent sur un chemin au bord de la mer. Des adjectifs, simplement, essentiels. Des impressions précises. Des phrases habiles sur des vies bousculées, confuses. Le sujet pourrait être grave mais il y a autre chose, quelque chose d'autre, quelque chose comme l'amour qui cherche à passer.

empty